Actualisé 10.03.2006 à 18:35

L'ONU doit réduire ses opérations au Darfour

La situation sécuritaire s'est encore détériorée au Darfour. La communauté internationale, Etats-Unis en tête, presse pour l'envoi de casques bleus, en remplacement de la force de l'Union africaine.

Le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a annoncé vendredi à Genève avoir coupé de moitié son budget initial de 33 millions de dollars, destiné à aider plus de deux millions de déplacés au Darfour.

Cette province de l'ouest du Soudan est le théâtre depuis trois ans d'une guerre civile entre des milices appuyées par les forces de Khartoum et des groupes rebelles, doublée d'une grave crise humanitaire, qui a fait près de 300 000 morts.

Déplacement au Tchad

En raison de la dégradation de la situation, une bonne partie du personnel du HCR a été transférée ailleurs. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a également réduit ses opérations.

Le HCR a en outre commencé d'évacuer plus de 16 000 réfugiés soudanais au Tchad voisin, après le pillage de plusieurs véhicules humanitaires. Plus de 200 000 Soudanais sont réfugiés au Tchad.

Des représentants des pays donateurs au Soudan, dont la Suisse, ont réaffirmé vendredi à Paris leur «promesse globale» de verser 4,5 milliards de dollars d'aide en trois ans, prise en avril 2005 à Oslo. Dans la capitale norvégienne, la Suisse avait annoncé une aide annuelle de 25 millions de dollars durant la période 2005- 2007.

Mission de l'UA en question

La question du Darfour occupait également vendredi le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA), réuni à Addis Abeba. L'UA, qui ne peut plus financer sa force de paix, est sommée par la communauté internationale de confier à l'ONU les rênes de sa mission, malgré les objections des autorités soudanaises.

Pour sortir de l'impasse, le président du Conseil de l'UA, Alpha Oumar Konaré, a proposé de prolonger la mission de l'UA jusqu'à la fin de l'année, le temps de persuader Khartoum.

Le Soudan a donné son feu vert à cette proposition, selon l'agence Reuters. L'ONU est également prêt à la soutenir, a indiqué Taye-Brook Zerihoun, représentant du secrétaire général de l'ONU.

La paix d'abord

Selon le ministre des Affaires étrangères soudanais Lam Akol, Khartoum est disposé à envisager la présence de soldats de l'ONU si le niveau de sécurité est stabilisé au Darfour et si un accord de paix est signé lors des négociations en cours à Abuja, au Nigeria.

La force de paix au Darfour, première mission de paix d'envergure de l'UA, compte 7000 hommes et est déployée depuis 2004. L'organisation panafricaine n'a pas les moyens de la financer au-delà du 31 mars. Elle nécessiterait d'une rallonge de 218 millions de dollars pour pouvoir rester sur place jusqu'à la fin de l'année.

Le 3 février, le Conseil de sécurité des Nations unies a appelé à l'élaboration de plans pour qu'une force de l'ONU se substitue à l'UA. Les Etats-Unis font pression pour un tel transfert, position réaffirmée jeudi par la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, qui a employé à propos du Darfour le terme de «génocide».

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!