Terrorisme: L'ONU s'attend à une hausse des attentats de l'EI
Actualisé

TerrorismeL'ONU s'attend à une hausse des attentats de l'EI

Les attentats perpétrés par l'Etat islamique devraient encore augmenter dans plusieurs pays, ont prédit les Nations unies mardi à Genève.

Jean-Paul Laborde, directeur général du Comité de l'ONU contre le terrorisme.

Jean-Paul Laborde, directeur général du Comité de l'ONU contre le terrorisme.

photo: Keystone

Le mode opératoire de l'EI devient plus celui «d'une organisation terroriste classique», a dit devant la presse le directeur général du Comité de l'ONU contre le terrorisme Jean-Paul Laborde. Son combat pour le maintien d'un territoire diminue. Et comme le montrent les attentats récents au Bangladesh, en Arabie saoudite ou en Irak, les attaques à l'extérieur augmentent.

Cette vague dans les pays d'origine des combattants étrangers risque de se poursuivre, alors que ces personnes se rendent plus difficilement dans la région. Avec la réduction du territoire de l'EI en Syrie et en Irak, «on les voit revenir vers nous». Ou le groupe leur demande de rester dans leur pays et d'y perpétrer des attentats.

L'ONU estime à quelque 30'000 d'entre eux le nombre de combattants étrangers en Syrie. Les Etats-Unis ont avancé des chiffres légèrement inférieurs.

Attentat dénoncé

Autre changement, l'EI ne dispose plus d'autant de ressources liées au pétrole depuis que la coalition a augmenté son action contre lui. Il s'est réorienté sur la taxation des populations qu'il administre et a diminué les salaires des combattants étrangers.

Il s'est engagé de manière beaucoup plus importante dans le crime organisé. M. Laborde estime à 25 à 30% de son financement les rentrées liées au trafic de drogue, de femmes ou d'armes. L'EI a «une capacité d'adaptation remarquable», dit-il. Le groupe va recourir à «tout ce qui peut être utilisé».

Face à cette situation, la communauté internationale doit être «plus flexible», notamment dans sa coopération avec le secteur privé. «Il faut aller plus vite» dans le lien avec tous les partenaires. Tous les éléments de la société doivent participer à cette lutte. La vitesse d'échanges d'informations entre Etats est «essentielle», dit M. Laborde.

Mardi, le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein a dénoncé les attentats de lundi près de mosquées dans trois villes d'Arabie saoudite. Il a déploré «une attaque directe contre les musulmans dans le monde» qui dépasse les quatre policiers tués. (nxp/ats)

L'aéroport de Bruxelles-Zaventem était déjà une cible en 2015

Des peines de 8 à 16 ans de prison ont été prononcées mardi par le tribunal correctionnel de Bruxelles contre quatre hommes considérés comme les dirigeants de la cellule djihadiste démantelée à Verviers, en Belgique, en janvier 2015. La cellule de Verviers a été décrite par l'accusation comme le «brouillon» des commandos qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier.

Trois d'entre eux, Marouane El Bali, Souhaib El Abdi et Mohamed Arshad écopent de 16 ans d'emprisonnement. Le quatrième, Omar Damache, est condamné à 8 ans. Les prévenus étaient accusés d'avoir été en contact constant avec le groupe Etat islamique (EI) en Syrie via Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre dernier, et de préparer un attentat en Belgique.

«Pour M. Abaaoud et la cellule de Verviers, l'aéroport de Bruxelles-Zaventem constituait une cible», a déclaré le juge Pierre Hendrickx. Abdelhamid Abaaoud a été tué le 18 novembre dernier dans l'assaut par la police de l'appartement de Saint-Denis où il se cachait.

(NewsXpress)

Ton opinion