L'Opep ne veut pas augmenter sa production

Actualisé

L'Opep ne veut pas augmenter sa production

L'Opep estime que le marché pétrolier est suffisamment approvisionné et que toute hausse de production par le cartel est inutile dans l'immédiat.

«Notre position est qu'à ce stade, nous devons étudier le marché et nous nous réunirons en septembre pour prendre une décision» sur une éventuelle hausse de production, a-t-il dit lors d'un point de presse dans une référence à la prochaine réunion ministérielle de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, prévue pour septembre.

«Nous avons dit qu'il n'était pas nécessaire de nous rencontrer en juin», a-t-il dit. «Si (le marché) est à l'équilibre en septembre, pourquoi augmenteriez-vous la production», a-t-il demandé?

Premier exportateur mondial et leader de facto de l'Opep, l'Arabie saoudite, organisatrice de cette «Réunion de Djeddah sur l'Energie», a fait un geste à l'égard des pays consommateurs, notamment les Etats-Unis, en faisant savoir cette semaine qu'elle allait accroître sa production de 200 000 barils/jour (bj), après une première hausse de 300 000 bj annoncée en mai.

La production saoudienne devrait ainsi passer de 9,45 millions de barils/jour (mbj) à 9,65 mbj. Interrogé sur les raisons qui ont poussé Ryad à augmenter sa production, M. Khelil, qui est aussi le ministre algérien du Pétrole et des Mines, a répondu laconiquement: «posez la question aux Saoudiens».

Pas un problème d'offre

«Pourquoi auriez-vous un problème d'offre alors que la demande diminue», a-t-il encore demandé. Le niveau des cours, qui a frôlé récemment 140 dollars le baril, «est déconnecté des données de base» du marché pétrolier, a poursuivi M. Khelil. «Ce n'est pas un problème d'offre».

A propos de la conférence de Djeddah, il a déclaré que son but était de «discuter ce qui amène les prix à évoluer comme ils ont évolué au cours des douze derniers mois». Les cours du pétrole ont pratiquement doublé en un an.

L'Opep estime que l'explosion des cours du brut n'a rien à voir avec une insuffisance de l'offre et qu'elle s'explique principalement par la spéculation financière, la baisse du dollar et la situation géopolitique dans certaines régions productrices. (ats)

Ton opinion