Genève: L'opération «Figaro» surcharge la prison

Actualisé

GenèveL'opération «Figaro» surcharge la prison

Champ-Dollon n'a jamais connu un tel taux d'occupation. L'action
de la police qui bat son plein n'y est pas pour rien.

par
Léonard Boissonnas

«L'opération «Figaro» n'a pas arrangé la situation»: Eric Schmid, président du syndicat des gardiens de prison, reconnaît que la vaste action menée actuellement par la police genevoise au centre-ville ne contribue pas à libérer des cellules dans le centre pénitentiaire. «Mais on s'y attendait», ajoute-t-il. En effet, l'établissement franchit régulièrement de nouveaux records d'occupation.

«La situation est difficile», explique Constantin Franziskakis, le directeur de Champ-Dollon. Pour pallier ce problème de surpopulation carcérale, le Conseil d'Etat avait annoncé en mars dernier vouloir installer au plus vite des cellules préfabriquées. Selon nos informations, Isabel Rochat, la cheffe du Département de la sécurité, présentera ces containers au milieu du mois. Leur mise en service devrait être effective d'ici à la fin de l'année. Une centaine de places supplémentaires pourront ainsi être créées.

«Pour nous, c'est déjà bien d'avoir quelque c­hose de concret», indique Eric Schmid. Toutefois, l'arrivée de ces nouvelles cellules ne résoudra pas le problème de fond, selon lui: «Cela fait déjà plusieurs années que la prison est surpeuplée. Les containers seront tout de suite pleins.» Autre inquiétude: les travaux la prison psychiatrique Curabilis qui n'avancent pas: «C'est trop long, c'est inadmissible!» s'énerve le gardien.

604 détenus

Le centre de détention préventive de Champ-Dollon a franchi lundi un nouveau record. Sa capacité est de 270 places.

Ton opinion