Actualisé 11.10.2009 à 19:11

Elections russes

L'opposition dénonce des irrégularités

Environ 30 millions de Russes étaient appelés aux urnes dimanche pour choisir parmi les quelque 90 000 candidats aux élections locales dans 75 des 83 régions du pays, dont la Tchétchénie et d'autres provinces du Caucase où la violence continue de frapper.

L'opposition a dénoncé des irrégularités.

Empêché de se présenter à Moscou, l'un des chefs de file de l'opposition libérale, l'ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov, accuse le Kremlin de manipulation. Il a appelé les électeurs à boycotter le scrutin ou à rendre leur bulletin nul en y inscrivant des slogans contre le pouvoir fédéral. «Ces élections sont illégitimes. Ce n'est rien d'autre qu'une farce», a-t-il délaré à l'Associated Press.

La commission électorale russe a interdit à Boris Nemtsov et d'autres candidats de son mouvement, Solidarité, de se présenter au conseil municipal de Moscou au motif que les 5.0000 signatures de soutien que chacun d'eux avait recueillies étaient fausses... y compris celle de M. Nemtsov lui-même.

«Lapins hypnotisés par un python»

Seul un parti de l'opposition libérale, Yabloko, est resté en lice à Moscou, mais son dirigeant Sergueï Mitrokhine s'est plaint de ce qu'il avait du mal à placer ses publicités dans les médias et dans les rues de la capitale. Il a accusé le Kremlin de vouloir transformer les électeurs en «lapins hypnotisés par un python».

Le groupe d'opposition Oborona a affirmé avoir observé 37 groupes d'électeurs qui ont voté à de multiples reprises dans divers bureaux de Moscou dimanche.

Les Moscovites se sont en tout cas montrés peu enthousiastes et moins de 30% d'entre eux avaient voté à 18h, selon l'agence de presse officielle RIA Novosti.

En revanche, à 16h, près de 70% des électeurs avaient voté en Tchétchénie et en Ingouchie voisine, selon RIA Novosti. C'étaient les premières élections municipales dans ces deux provinces. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!