Réunion sur la Syrie à Lausanne: L'opposition déplore de «ne pas avoir été invitée»

Actualisé

Réunion sur la Syrie à LausanneL'opposition déplore de «ne pas avoir été invitée»

Le vice-président de la Coalition de l'opposition syrienne a regretté l'absence de Syriens à Lausanne, fustigeant «le monopole américain et russe» sur les négociations de paix.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

L'opposition syrienne a exprimé son mécontentement de ne pas avoir été invitée à la réunion internationale samedi à Lausanne. Elle dénonce «le monopole américain et russe» sur les négociations de paix. «Ne pas nous inviter à ce type de réunion ne fait que compliquer la situation et brouiller les cartes», a déclaré Abdel Ahad Stefo. La rencontre de Lausanne réunit à partir de la mi-journée les Etats-Unis, la Russie, ainsi que des pays de la région, notamment du Golfe et l'Iran. Elle a pour but de mettre fin au bain de sang en Syrie, mais Washington et Moscou se sont montrés sceptiques sur son issue.

Pour Abdel Ahad Stefo «le facteur aggravant depuis la réunion de Genève en 2012 c'est l'absence des Syriens et le monopole américain et russe. Ces pourparlers seront une perte de temps et auront pour résultat de verser encore plus le sang syrien». «Les principaux responsables de la situation actuelle sont les Américains et les Russes», a-t-il ajouté.

Le 30 juin 2012, les grandes puissances s'étaient accordées à Genève sur les principes d'une transition politique en Syrie, où la révolte pacifique contre le régime du président Bachar el-Assad en 2011 s'est transformée en conflit armé.

Nouveaux raids sur Alep

A quelques heures de l'ouverture de la réunion de Lausanne, les quartiers est d'Alep, sous contrôle rebelle, étaient de nouveaux soumis à des raids intensifs, notamment ceux de Hanano, al-Mayssar et Inzarat, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

En outre, selon la même source des combats avaient lieu entre rebelles et forces du régime à Cheikh Saïd, dans le Sud d'Alep, à Bahidine dans le Nord ainsi que dans la Vieille ville où se trouve la ligne de front. Les raids de vendredi ont causé la mort de huit civils, selon l'OSDH. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion