Russie: L'opposition est «financée par l'étranger»
Actualisé

RussieL'opposition est «financée par l'étranger»

Le président Vladimir Poutine a dénoncé mercredi l'opposition russe, affirmant que «celui qui reçoit de l'argent de l'étranger et sert des intérêts étrangers ne peut jouer un rôle politique en Russie».

Les affrontements entre opposition et police ne sont pas rares en Russie.

Les affrontements entre opposition et police ne sont pas rares en Russie.

Le Kremlin a accusé à plusieurs reprises l'opposition, qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes dans les rues au cours de l'année écoulée, d'être payée par l'étranger.

«Toute ingérence étrangère, directe ou indirecte, dans nos affaires politiques est inadmissible», a poursuivi le président russe dans son adresse annuelle à la nation.

«La démocratie russe, c'est le pouvoir du peuple russe, avec ses propres traditions, ce n'est pas l'application de normes qu'on essaie de nous imposer de l'étranger», a souligné M. Poutine.

Le président faisait ainsi allusion aux critiques exprimées ces derniers mois au sein de l'Union européenne et aux Etats-Unis après le déroulement d'élections controversées en Russie et la multiplication des arrestations et condamnations d'opposants.

Dialogue impossible

«Un dialogue civilisé n'est possible qu'avec des forces politiques civilisées, agissant dans le cadre de la loi», a poursuivi Vladimir Poutine.

Accusés d'avoir participé à des «troubles massifs» lors d'une manifestation à Moscou qui s'était terminée par des heurts avec la police, une vingtaine d'opposants sont actuellement en détention préventive et risquent plusieurs années de camp.

M. Poutine a manifestement souhaité répondre à ceux qui critiquent le durcissement du pouvoir ces derniers mois: «L'intrusion du pouvoir dans le domaine des opinions et des convictions des individus, cela est sans aucun doute une manifestation de totalitarisme. Cela est absolument inacceptable pour nous. Nous n'avons pas l'intention d'aller dans cette direction».

La Russie doit rester forte

Le président russe a par ailleurs souligné que la Russie devait rester «souveraine et influente» alors que le monde «entre dans une époque de changements cruciaux et peut-être même de bouleversements».

Comme il le fait souvent, Vladimir Poutine a fait appel aux valeurs patriotiques en exhortant ses compatriotes à «conserver leur identité nationale et ne pas se perdre en tant que nation». (afp)

Poutine veut trois enfants par femme russe

Le président Vladimir Poutine a appelé mercredi les Russes à faire plus d'enfants, au moins trois par famille, sous peine de voir le pays s'appauvrir et devenir incapable de «préserver son territoire».

«Je pense que la norme en Russie doit devenir une famille avec trois enfants», a-t-il déclaré dans son adresse annuelle à la Nation, ajoutant qu'il restait encore pour cela «beaucoup à faire».

«Il faut mettre en place des conditions favorables, tout d'abord pour les femmes, afin qu'elles n'aient pas peur que la naissance d'un deuxième et d'un troisième enfant ne mette un frein à leur carrière», a-t-il ajouté, selon des images de la télévision russe.

Pour cela, il a précisé que les autorités russes examinaient les moyens d'encourager financièrement les familles choisissant d'avoir un troisième enfant, et comptaient régler rapidement la question des jardins d'enfants, qui manquent cruellement dans le pays.

Selon Vladimir Poutine, les Russes doivent dès maintenant privilégier les familles nombreuses sous peine que la Russie ne devienne dans les années à venir «un pays pauvre, vieillissant et incapable de préserver son indépendance et même son territoire».

«Si la nation n'est pas capable de se préserver et de se reproduire (...), alors on n'a même pas besoin d'un ennemi extérieur, car tout s'écroulera tout seul», a-t-il averti. «Pour que la Russie soit souveraine et forte, nous devons être plus nombreux», a-t-il poursuivi.

La Russie, qui compte actuellement un peu plus de 143 millions d'habitants, a perdu plus de cinq millions d'habitants depuis la chute de l'URSS en 1991, et des études publiées ces dernières années ont prévu un déclin démographique important.

Ton opinion