Actualisé 02.04.2013 à 07:04

CentrafriqueL'opposition ne participera pas au gouvernement

L'opposition centrafricaine a annoncé lundi qu'elle ne participerait pas au gouvernement provisoire dévoilé par les ex-rebelles du Séléka.

Le chef du Séléka, Michel Djotodia, dont les hommes ont pris Bangui le 24 mars dernier, a nommé dimanche soir un nouveau gouvernement. Des élections seront organisées à moyen terme.

Le chef du Séléka, Michel Djotodia, dont les hommes ont pris Bangui le 24 mars dernier, a nommé dimanche soir un nouveau gouvernement. Des élections seront organisées à moyen terme.

«Nous suspendons notre participation à ce nouveau gouvernement parce que nous ne pouvons accepter que 16 postes aient été attribués à des alliés du Séléka se faisant passer pour des militants de la société civile», a déclaré Edouard Koyambounou, un porte-parole de neuf partis de l'opposition.

Le chef du Séléka, Michel Djotodia, dont les hommes ont pris Bangui le 24 mars dernier, a nommé dimanche soir un nouveau gouvernement, réservant huit postes à l'opposition et seize à la société civile, les dix derniers étant pour l'essentiel attribués à des membres de l'ex-rébellion. M.Djotodia s'est réservé les fonctions de ministre de la Défense.

Edouard Koyambounou a précisé que la décision de l'opposition ne concernait pas le Premier ministre, Nicolas Tiangaye. Ce dernier a a été nommé aux termes d'un accord de paix qu'avaient conclu en janvier le président renversé, François Bozizé, et les rebelles du Séléka.

Le boycott de l'opposition complique la transition promise par les ex-rebelles. Djotodia, qui s'est proclamé nouveau dirigeant de la Centrafrique, s'est engagé à démissionner en 2016. Un sommet régional sur la situation en Centrafrique aura lieu ce mercredi au Tchad. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!