Publié

MausoléeL'origine des cabines téléphoniques anglaises

Les cabines téléphoniques rouges sont indissociables du mobilier urbain britannique. L'architecte qui les a créées a trouvé l'inspiration dans un cimetière.

par
age
1 / 12
Les cabines téléphoniques rouges font partie des symboles de l'Angleterre.

Les cabines téléphoniques rouges font partie des symboles de l'Angleterre.

Chris Roberts / CC BY-SA 4.0
Elles sont indissociables du mobilier urbain de Londres et d'autres villes britanniques.

Elles sont indissociables du mobilier urbain de Londres et d'autres villes britanniques.

Wikipedia
Présenté en 1921, le modèle d'origine K1 passait très mal auprès des Britanniques, certaines agglomérations refusant même d'ériger les cabines.

Présenté en 1921, le modèle d'origine K1 passait très mal auprès des Britanniques, certaines agglomérations refusant même d'ériger les cabines.

Josling / CC BY-SA 3.0

En 1921, la poste britannique présentait son premier «kiosque téléphonique», le K1. A l'origine, il s'agissait d'une petite cabine carrée avec une toiture pyramidale, surmontée d'un javelot. Même si le design n'était pas mauvais, le modèle passait très mal auprès des Britanniques, certains arrondissements métropolitains de Londres et Birmingham refusant même d'ériger les cabines. Pour calmer les esprits, on a décidé de lancer un concours de design pour créer la future cabine téléphonique.

Architectes de renom

Pour le deuxième tour, les organisateurs ont fait appel à des architectes de renom. Parmi eux se trouvait Giles Gilbert Scott, qui avait déjà conçu plusieurs bâtiments célèbres en Angleterre, notamment la bibliothèque de l'Université de Cambridge, le Lady Margaret Hall (un bâtiment de l'université d'Oxford) et la Battersea Power Station, jadis la plus grande centrale à charbon du royaume.

Giles Gilbert Scott allait devenir celui qui a conçu le modèle de référence de la cabine téléphonique, le fameux K2, pour lequel l'architecte s'est inspiré d'une pierre tombale. En effet, la cabine est un rappel au mausolée d'Eliza Soane, qui se trouve dans le cimetière de l'ancienne église de St Pancras. La K2 était également de forme carrée, mais avait plus de petites lucarnes et une coupole en guise de toit. Mais qui était au juste Eliza Soane?

Hommage à un autre architecte

Eliza Soane était l'épouse du célèbre architecte Sir John Soane, à qui on doit le bâtiment de la Banque d'Angleterre (plus tard reconstruite), le musée des beaux-arts de Dulwich (Dulwich College Picture Gallery). Il a également conçu sa propre demeure, devenue aujourd'hui le Sir John Soane's Museum.

Eliza Soane est décédée en 1815, laissant derrière elle son mari John, profondément endeuillé. Pour elle, ce dernier a fait construire un mausolée. En son centre se trouve une coupole érigée sur quatre piliers. Sur la coupole se trouve un cône de sapin en pierre de taille qui, dans l'ancienne Egypte, était un symbole de régénération et de renaissance. En dessous de ce dernier se trouve un serpent se mordant la queue – symbole d'éternité.

Corps exhumés sur un chantier à Londres

Une armée d'archéologues fait émerger de l'argile grasse et compacte des milliers de tombes qui seront déplacées.

Couleur argent à l'origine

Sir Giles Gilbert Scott connaissait bien la pierre tombale. En fait, il était, depuis peu, devenu un partisan du Musée John Soane. Son inspiration par la pierre tombale était un franc succès et la Royal Post Office était ravie du design, même si Scott avait, à l'origine, envisagé de peindre sa cabine de couleur argent.

Une fois que la Royal Post Office a opté pour le rouge, 1700 cabines ont été produites et réparties dans le centre et dans l'agglomération de Londres. A cette occasion, on a constaté que la cabine était trop imposante et, du coup, trop chère. Quelques années plus tard, en 1929, Scott a été mandaté de lancer un modèle plus petit, la K3.

Actuellement, on en est à la K6, même si le design a très peu changé depuis les années 20. Et même si, de nos jours, grâce aux téléphones portables, elles ne sont guère utilisées, elles restent indissociables du paysage urbain de nombreuses villes anglaises.

Ton opinion