Droits humains: L'OSCE approuve une série de déclarations
Actualisé

Droits humainsL'OSCE approuve une série de déclarations

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a approuvé vendredi une série de déclarations à l'issue de son conseil ministériel de Kiev.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a notamment adopté deux textes sur les droits humains, une première depuis trois ans. Ces deux déclarations concernent la liberté de religion et de croyance, ainsi que le renforcement de la protection des roms et des sinti. Ce dernier texte met un accent particulier sur les femmes, les jeunes et les enfants. «Cela montre que l'OSCE reste une organisation pertinente pour tout ce qui touche à la sécurité, sans aucune exception», s'est félicité le ministre ukrainien des affaires étrangères Leonid Kozhara, qui présidait la séance. En raison de la règle du consensus, l'OSCE n'était plus parvenue depuis trois ans à adopter de texte concernant la «dimension humaine» de la sécurité, c'est-à-dire les droits humains. Présent à Kiev, le conseiller fédéral Didier Burkhalter s'était félicité jeudi de cette avancée en dépit d'un fossé croissant entre Est et Ouest et d'un climat tendu par la crise en Ukraine.

Pas de «déclaration politique»

D'autres textes concernent les deux autres «dimensions»: la sécurité militaire et la sécurité socio-économique. Ces textes se rapportent notamment à la lutte contre le trafic d'êtres humains, la mise en place de mesures de confiance dans le domaine informatique, la protection des réseaux énergétiques en cas de catastrophe naturelle ou due à l'homme. Aucun consensus n'a en revanche été trouvé pour une déclaration sur l'Afghanistan, ni sur un rapprochement entre la Libye et l'OSCE. Le conseil des ministres des affaires étrangères n'est pas parvenu à adopter une «déclaration politique», a déploré M. Kozhara. L'organisation n'a plus approuvé une telle résolution depuis 2002. (ats)

Ton opinion