Actualisé

MéditerranéeL'OTAN entame lundi d'importantes manoeuvres

Les pays de l'Alliance atlantique vont mener lundi des manoeuvres militaires, les plus importantes depuis plus de dix ans.

Bien que ces exercices étaient prévus avant l'intervention de l'armée de l'air russe dans le conflit syrien, l'instabilité croissante dans certains pays d'Afrique du Nord et de la région proche-orientale a contraint l'OTAN à réagir face aux menaces présentes à ses frontières.

Quelque 36'000 soldats, 230 unités, 140 avions et 60 navires seront mobilisés pendant cinq semaines.

Plusieurs hauts responsables de l'OTAN seront présents lundi sur une base aérienne du sud de l'Italie pour une série d'exercices aériens avec la question de la réponse à apporter à une menace russe qui ne s'exprime plus seulement sur les frontières orientales.

Russie aussi invitée

La Russie, qui a mené d'importantes manoeuvres impliquant plus de 45'000 soldats cette année et a procédé à des exercices en Méditerranée avant de s'engager en Syrie, a été conviée comme observatrice de ces exercices.

Les 28 pays membres de l'OTAN ont lancé une série de centres de commandement et de contrôle allant de l'Estonie à la Bulgarie pouvant être appuyés par des forces d'intervention rapide en cas d'agression.

Mais l'effondrement de la Libye, l'émergence de l'Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak et l'incapacité de l'Union européenne à stabiliser la situation dans les pays à sa frontière sud sont devenus des problèmes auxquels les Alliés doivent eux-mêmes répondre.

Quelque 5000 hommes prévus

L'intervention russe en Syrie a encore compliqué le scénario et pose à l'OTAN la question d'une Russie de plus en plus interventionniste tout en évitant la confrontation.

«Nous avions l'habitude de traiter la menace orientale et la menace méridionale mais désormais les deux n'en font plus qu'une», a commenté un responsable de l'Alliance.

Pour répondre à cette évolution de la situation, l'OTAN a imaginé le lancement d'une force de pointe de 5000 hommes capable de se déployer en moins d'une semaine.

Pays membres divisés

Les manoeuvres ont pour objectif de vérifier les capacités de cette force disposant d'unités aériennes et maritimes et de forces spéciales afin qu'elle soit totalement opérationnelle l'an prochain. Elle fait partie de la force de réaction rapide forte de 40'000 hommes.

Certains experts militaires estiment que cette force de pointe ne pourrait que ralentir une avancée russe et des pays comme la Pologne envisagent son emploi uniquement sur les frontières orientales.

D'autres comme les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne souhaitent que ces unités soient employées en Turquie et à l'extérieur des frontières pour stabiliser les conflits en Libye et en Syrie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!