Conjoncture suisse: L'UBS baisse sa prévision de croissance pour 2009 à 0,1 %
Actualisé

Conjoncture suisseL'UBS baisse sa prévision de croissance pour 2009 à 0,1 %

Les prévisions conjoncturelles pour l'économie suisse sont de plus en plus sombres.

Les experts de la banque d'investissement de l'UBS corrigent ainsi nettement à la baisse leurs attentes et pensent qu'il n'y aura pratiquement pas de croissance en 2009. Les économistes tablent pour l'an prochain sur une faible progression de 0,1% du produit intérieur brut (PIB), a indiqué vendredi l'établissement bancaire dans un communiqué. Jusqu'à présent, un taux de croissance de 0,9% était avancé. Pour 2010, les experts de l'UBS prévoient une hausse de 1% du PIB.

Les économistes de Wealth Management, autre entité de l'UBS, ont annoncé de leur côté le 22 octobre qu'ils s'attendaient à une croissance du PIB de 0,2% en 2009 et de 1,2% en 2010.

Sentiment de récession

Dans le contexte de turbulences sur les marchés financiers mondiaux, il est invraisemblable que la Suisse tienne bon et qu'elle n'en subisse pas de conséquences sur son économie réelle, estime l'UBS.

La faiblesse de l'économie suisse devrait s'étendre à large échelle, prévoient les économistes. Après une rapide perte de température durant l'année, les moteurs de la croissance que sont la consommation privée, les investissements en équipements et le secteur extérieur devraient ralentir en 2009.

Cette forte baisse fait que l'on glisse vers une récession, estiment les experts.

Effet modérateur sur l'inflation

En effet, si les prévisions actuelles se confirment, la Suisse va vivre un des plus marquants reculs de son économie depuis un certain temps, soit entre le second semestre 2008 et le premier semestre 2010. La dernière fois que la Suisse a vécu une telle durée de faible croissance remonte au début des années 1990.

Selon les estimations des économistes de l'UBS, la croissance du PIB devrait atteindre 1% en 2010. Le taux de chômage devrait passer de 2,5% pour 2008 à 3,5% en 2010.

Bonne nouvelle: la faiblesse de la conjoncture devrait toutefois modérer l'inflation qui devrait atteindre 1,3% l'an prochain et 1,6% en 2010. Le renchérissement se situerait alors en dessous de la limite de 2%, établie par la Banque nationale suisse, pour parler de stabilité des prix.

(ats)

Ton opinion