Islamophobie: L'UDC Addor n'en est pas à son coup d'essai
Actualisé

IslamophobieL'UDC Addor n'en est pas à son coup d'essai

Le vice-président de l'UDC du Valais romand, Jean-Luc Addor, a déclenché une polémique en commentant le meurtre d'un homme dans une mosquée de Saint-Gall.

«On en redemande», a posté le député au Grand Conseil sur les réseaux sociaux, au sujet de la fusillade qui a fait un mort dans un lieu de culte musulman vendredi.

L'élu UDC s'est défendu dans les médias en assurant qu'il ne s'agissait là que d'une remarque «ironique» sur son compte Twitter. «Je ne me réjouis pas de ce genre de nouvelles, mais m'inquiète des événements liés à l'immigration», a-t-il ajouté.

Sauf, que, comme le rappellent «Le Nouvelliste» et «24 heures», Jean-Luc Addor n'en est pas à son coup d'essai. Le 13 août dernier, l'ancien juge valaisan retweetait le message du site d'extrême droite Riposte laïque avec ce propos: «L'Islam est une saloperie soutenue par des salauds traitres et collabos.»

Si de nombreux politiciens romands ont critiqué le dérapage islamophobe de Jean Luc Addor, ce n'est pas le cas des membres de son parti. Interrogé par «Le Nouvelliste», le conseiller d'Etat UDC Oskar Freysinger n'a pas souhaité faire de commentaire. Le coprésident de l'UDCVr, Jérôme Desmeules, a préféré parler d'humour: «Une star est née. Certains feraient mieux d'apprendre le sens de l'humour! Les journalistes sont moins émus quand leurs collègues se font décapiter!», a-t-il commenté. (20 minutes)

Ton opinion