L'UDC fribourgeoise se rabiboche
Actualisé

L'UDC fribourgeoise se rabiboche

Tempête dans un verre d'eau à l'UDC fribourgeoise: dans l'émotion ayant suivi l'éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral, il a été question de scission, de sécession ou encore d'exclusion.

Après un comité central samedi à Neyruz (FR), tout baigne.

«On va repartir de plus belle tous ensemble», a dit samedi à l'ATS le président de l'UDC fribourgeoise Jean-Luc Rimaz à l'issue de la tenue d'un comité central réunissant près de 70 personnes. Selon lui, la discussion a été franche et animée. Les choses ont été remises à plat.

«Chacun a mis un peu d'eau dans son vin», a commenté M. Rimaz. Il n'a été question ni de scission, ni de sécession. Et personne n'a demandé l'exclusion de qui que ce soit.

Le 12 décembre dernier, la température était montée de plusieurs crans dans le parti. Le député Michel Losey a accueilli d'un «génial» la nouvelle de la non-réélection de Christoph Blocher. Cette sortie a déplu et même fâché des collègues de parti, à commencer par la direction de celui-ci.

S'en est suivi un florilège d'amabilités: les uns traitant le député de «profiteur» et M. Losey se demandant si les membres devaient se comporter comme des «petits soldats» et si la démocratie et les divergences d'opinions avaient toujours leur place dans l'UDC fribourgeoise. (ats)

Ton opinion