Actualisé

L'UDC garde son cap politique

L'UDC ne changera pas de cap après son passage dans l'opposition. Son secrétaire général Gregor Rutz l'a annoncé à l'issue des deux jours de séminaire des cadres du parti à Horn (TG).

La présidence du parti n'a pas été évoquée.

Cette question n'était pas à l'ordre du jour, a précisé samedi à l'ATS M. Rutz. La rencontre annuelle des cadres est l'occasion d'échanger des idées dans une atmosphère détendue et n'a pas pour but la prise de de décisions.

Christoph Blocher était présent. Il s'engagera activement pour l'UDC, a indiqué le secrétaire général du parti. Sa candidature à la présidence est encore ouverte. Le successeur d'Ueli Maurer doit être élu le 1er mars.

La séance des membres du groupe parlementaire fédéral, présidents et secrétaires des partis cantonaux, ainsi que des conseillers d'Etat et juges fédéraux était placée sous le titre de «Opposition - principes, repères et lignes directrices». Vendredi déjà, l'UDC a annoncé que la non-admission d'Eveline Widmer- Schlumpf ou de Samuel Schmid dans le groupe parlementaire fédéral n'était pas contestée.

Même programme

L'UDC continuera de s'engager pour moins d'impôts et pour une Suisse indépendante et neutre. Les électeurs et les plus de 10 000 personnes qui ont adhéré au parti depuis un mois attendent un ligne claire du parti. L'UDC poursuivra aussi sa lutte contre les abus en matière d'asile et d'aide sociale: «Selon les cas, le combat deviendra plus dur», a prédit M. Rutz.

Le chef du groupe PDC Urs Schwaller espère de l'UDC qu'elle définisse clairement sa ligne. Il attend avec intérêt la position du parti sur la libre circulation des personnes avec les nouveauxmembres de l'UE. «Je ne pense pas qu'elle soit prête à jeter les accords bilatéraux par dessus bord à cause de la libre circulation», a déclaré le conseiller aux Etats fribourgeois dans une interview publiée samedi par le «Bund».

Rapports durcis

En matière de droits populaires, l'UDC devrait en revanche faire de la résistance active, estime M. Schwaller. «Les rapports se durciront», mais les démocrates du centre seront obligés de trouver des majorités. Le président du groupe espère que le nouveau groupe du PDC, PEV et des Verts libéraux deviendra leader sur les thèmes économiques et environnementaux.

Revenant sur l'éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral le 12 décembre, le chef du groupe PDC précise que ce scénario ne faisait pas partie de la stratégie principale. Et M. Schwaller de s'étonner des «nombreuses légendes» qui se sont construites autour de ces élections.

Si Eveline Widmer-Schlumpf n'avait pas accepté son élection, «il n'y aurait pas eu de candidature officielle Schwaller», précise l'intéressé. Le PDC aurait demandé à l'UDC de présenter une autre candidature. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!