lausanne: L'UDC mise sur le mauvais poulain et se fait gifler
Actualisé

lausanneL'UDC mise sur le mauvais poulain et se fait gifler

Un candidat au poste de juge cantonal a été recalé par une commission du Grand conseil.

par
Frédéric Nejad

L'élection le 30 juin de deux nouveaux juges au Tribunal cantonal par le parlement vaudois va provoquer des grincements de dents. Comme nous l'avions révélé, la commission de présentation du Grand Conseil a, dans un premier temps, décidé de ne pas donner d'aval positif au candidat juriste proche de l'UDC. Et cela contrairement à celui proposé par les radicaux et celle représentant les socialistes. Ancien juge et désormais greffier, le candidat soutenu par l'UDC avait alors une semaine pour envisager de retirer sa candidature de manière anonyme. Mais il a refusé. La commission a tranché jeudi à une écrasante majorité: elle a refusé de recommander son nom aux députés.

Selon la présidente de la commission, la socialiste Fabienne Freymond, ses compétences professionnelles ne faisaient pas le poids face aux deux autres candidatures. Un avis partagé lors du vote par le vice-président et radical Olivier Feller. Chef du groupe radical au Grand conseil, Frédéric Borloz craint des tensions avec l'UDC. «On va discuter avec eux demain pour voir s'ils maintiennent ce candidat.» Il envisage quand même de voter pour lui.

Contacté vendredi, l'intéressé se refuse à tout commentaire. Il est aussi soupçonné d'avoir téléchargé des films pornos sur un ordinateur prêté par une association proche de l'ASIN pour qui il collaborait.

Il a dénigré Ueli Maurer...

Le prétendant de l’UDC vaudoise au Tribunal cantonal avait vertement critiqué l’actuel conseiller fédéral Ueli Maurer, juste avant les élections. Dans un article anonyme envoyé par courriel en novembre, il mettait en doute sa capacité «de préserver les intérêts du peuple suisse», car Ueli Maurer avait conseillé de boycotter les votations du 8 février sur la libre circulation entre la Suisse et l’Europe, dont la Roumanie et la Bulgarie. «Toute voix qui manquera sera une voix pour l’Europe», expliquait le juriste. Son courriel est à découvrir ci-dessus.

Ton opinion