Canton du Valais: L'UDC recourt contre les résultats du scrutin
Actualisé

Canton du ValaisL'UDC recourt contre les résultats du scrutin

L'UDC du Valais romand s'appuie sur la fraude électorale dénoncée par trois villes haut-valaisannes.

1 / 11
Le Grand Conseil valaisan a refusé la motion UDC visant à repousser la validation du nouveau gouvernement. Celui-ci a pu prêté serment. (Lundi 27 mars 2017)

Le Grand Conseil valaisan a refusé la motion UDC visant à repousser la validation du nouveau gouvernement. Celui-ci a pu prêté serment. (Lundi 27 mars 2017)

Keystone
L'UDC du Valais a déposé une motion au Grand Conseil et demande l'ajournement de l'assermentation des membres du Conseil d'Etat. (Lundi 27 mars 2017)

L'UDC du Valais a déposé une motion au Grand Conseil et demande l'ajournement de l'assermentation des membres du Conseil d'Etat. (Lundi 27 mars 2017)

Keystone/archive/photo d'illustration
Jerome Desmeules, co-president de l'UDC Valais Romand, a annoncé qu'il allait faire recours contre les résultats du deuxième tour de l'élection au conseil d'Etat valaisan. En cause la fraude électorale dénoncée par trois villes haut-valaisannes. (Vendredi 24 mars 2017)

Jerome Desmeules, co-president de l'UDC Valais Romand, a annoncé qu'il allait faire recours contre les résultats du deuxième tour de l'élection au conseil d'Etat valaisan. En cause la fraude électorale dénoncée par trois villes haut-valaisannes. (Vendredi 24 mars 2017)

Keystone

L'UDC du Valais romand (UDCVR) a déposé un recours contre les résultats du 2e tour de l'élection au conseil d'Etat valaisan, qui a vu la non-réélection de son ténor Oskar Freysinger. Des cas de fraude électorale ont été dénoncés par trois villes haut-valaisannes.

Le recours a été déposé vendredi, a indiqué la chancellerie, revenant sur une information du Walliser Botte. Il a été transmis au Grand Conseil. Les résultats de l'élection ont été publiés le même jour dans le Bulletin officiel.

L'UDCVR veut que «la lumière soit faite sur ce qui s'est passé. Le résultat de l'élection doit être le fruit d'une volonté populaire et non d'un bourrage d'urnes. Nous ne sommes pas dans une république bananière», a déclaré à l'ats Jérôme Desmeules, coprésident du parti.

Ce dernier est «scandalisé par ces fraudes», écrit-il dans un communiqué. «Il est totalement inacceptable d'avoir ne serait-ce qu'un doute sur le bon déroulement du scrutin», poursuit-il, dénonçant «une image catastrophique» pour le canton. Il annonce aussi qu'il se constituera partie plaignante au cours de la procédure pénale.

Grand Conseil aux commandes

Une fois arrivé sur la table de la chancellerie d'Etat, le recours de l'UDCVR sera transmis au Grand Conseil. Le parlement chargera alors une de ses commissions, probablement celle de la justice (Coju), de le traiter, a expliqué à l'ats Philipp Spoerri, chancelier d'Etat.

Dans un délai qui n'est pas déterminé, la Coju prendra sa décision et dans la foulée, une session extraordinaire du Grand Conseil sera convoquée. Si le recours devait être accepté par l'assemblée, l'arrêté avec les résultats du 2e tour de l'élection publié vendredi dans le bulletin officiel deviendrait caduc et un nouveau scrutin serait organisé, poursuit Philipp Spörri, qui confie n'avoir jamais vécu une telle situation.

Pas de recours du PS

Barbara Lanthemann, présidente du parti socialiste du Valais romand (PSVR), considère «légitime» la démarche de l'UDCVR. «Personne ne nous a signalé d'irrégularités claires et pour notre part, nous ne déposerons pas de recours. Cela d'autant plus que la question pourrait être discutée au Grand Conseil», a-t-elle précisé à l'ats.

Lundi aura lieu en effet la session constitutive avec notamment la validation de l'élection du conseil d'Etat et l'assermentation de ses membres. Le groupe UDC pourrait bien déposer une motion pour biffer ces deux points à l'ordre du jour en attendant le traitement du recours.

Plaintes de villes

Les cas de fraude électorale ont été signalés jeudi dans le Haut-Valais. L'ampleur de la fraude, constatée à Brigue, Viège et Naters, n'est pas encore connue. Les trois communes ont chacune déposé une plainte, qui devraient être à présent sur la table du Ministère public.

Dans les trois villes, le scénario semble le même: les municipalités ont constaté des irrégularités lorsque des citoyens se sont plaints de n'avoir pas reçu leur matériel de vote alors que les registres indiquaient qu'ils avaient déjà voté.

2200 voix d'écart

Viège n'a pas donné d'indication quant au nombre de cas de fraude. Le Walliser Bote pointait lui une cinquantaine de cas à Brigue. Selon l'UDCVR, cela laisse à penser que «les manipulations opérées ont pu l'être sur un nombre bien plus important de votants, puisque seuls ceux qui s'en sont plaint ont été identifiés».

A Naters, une dizaine de cas ont été annoncés, selon le président de la commune Franz Ruppen. Mais il faudrait beaucoup plus d'enveloppes pour faire basculer le vote, car il y a presque 2200 voix d'écart entre le PLR Frédéric Favre et Oskar Freysinger, respectivement 5e et 6e au deuxième tour.

A Sion, aucun cas n'a pour l'heure été signalé, a indiqué Stéphane Claivaz, secrétaire administratif de la commune. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion