Conseil d'Etat - NE: L'UDC renonce au recours
Actualisé

Conseil d'Etat - NEL'UDC renonce au recours

Satisfaite du dépouillement simultané, l'UDC neuchâteloise ne fera finalement pas recours contre la décision de dissocier l'élection au Grand Conseil de celle au Conseil d'Etat.

La décision du gouvernement vendredi - garder les suffrages pour le Grand Conseil sous scellés du 14 au 28 avril pour tout dépouiller en même temps - respecte, du moins dans l'esprit, la législation, a jugé l'UDC lundi. La situation «reste juridiquement discutable, mais est politiquement la moins mauvaise».

Après le décès du candidat PDC Raymond Traube, le gouvernement avait annoncé jeudi le report de l'élection au Conseil d'Etat au 28 avril mais le maintien de celle au Grand Conseil le 14. Ainsi, les électeurs auraient déjà eu connaissance de la composition et donc de la majorité du parlement au moment d'élire l'exécutif.

Des experts en droit avaient souligné que cette dissociation des deux élections entrait en conflit avec la loi sur les droits politiques et la constitution cantonale. Quant au parti agrarien, il jugeait que ce procédé risquait d'influencer le résultat des urnes et de favoriser la gauche. Il menaçait de faire recours contre cette décision prise «dans la précipitation». (ats)

Le Conseil d'Etat favorable au droit de vote à 16 ans

Le Conseil d'Etat neuchâtelois souhaite introduire le droit de vote à 16 ans pour les votations et élections cantonales et communales. Il vient de rendre son rapport à ce sujet. La balle est dans le camp du Grand Conseil. Les jeunes ont déjà leur majorité religieuse et sexuelle à cet âge. Et ils doivent assumer beaucoup de responsabilités bien avant 18 ans, comme le choix d'une formation et d'une profession, relève le gouvernement dans son rapport au parlement. Cet élargissement du corps électoral toucherait aujourd'hui 4000 citoyens. Le Grand Conseil se prononcera peut-être en juin déjà, comme le relève le quotidien «L'Express/L'Impartial» dans son édition de lundi. En cas de oui, le peuple aura le dernier mot en votation. Pour l'instant, seul le canton de Glaris a introduit le droit de vote à 16 ans. Dans beaucoup de cantons, le projet s'est arrêté au débat devant le parlement ou n'a pas été accepté par le peuple. C'est le cas des cantons du Jura, d'Argovie, de Zurich, Bâle-Campagne, Soleure, Saint-Gall, Thurgovie, Fribourg, Berne et Bâle-Ville.

Ton opinion