Genève: L'UDC suisse découvre les bouchons sauce genevoise
Actualisé

GenèveL'UDC suisse découvre les bouchons sauce genevoise

Le parti agrarien a pu visiter la douane de Bardonnex à la veille de son congrès annuel. Les politiciens se sont étonnés des embouteillages.

par
Valérie Duby
Les pontes de lUDC se sont retrouvés à la douane de Bardonnex.

Les pontes de lUDC se sont retrouvés à la douane de Bardonnex.

dr

«C'était l'engorgement total! On a pu se rendre compte de l'inadéquation entre le nombre de gardes-frontière et l'énorme volume de véhicules, déplore le Valaisan Oskar Freysinger, vice-président du parti, ce d'autant dans un canton comme Genève qui dispose de plus de cent kilomètres avec la France.»

Vendredi, à la veille de son congrès national, l'UDC Suisse a mis le cap sur la douane de Bardonnex. Au programme: présentation des activités du Corps des gardes-frontière (CGFR) et démonstrations face à une cinquantaine de politiciens dont le président suisse du parti, Albert Rösti. Mais ce qui a le plus impressionné les pontes du parti ce sont les files interminables de voitures traversant la frontière.

A l'heure où l'UDC vient de déposer une nouvelle initiative pour limiter l'immigration, le rendez-vous à Bardonnex n'est évidemment pas anodin. Organisateur de l'événement, le secrétaire général de l'UDC Genève, Eric Bertinat rappelle la situation particulière du canton où sur les 350 gardes-frontière attribués à Genève, un tiers est affecté à l'aéroport. «L'effectif est très mal utilisé. Il faut libérer au maximum les agents sur le terrain!»

Florent Simonnet, vice-président de Garanto, le syndicat national des gardes-frontière, salue la démarche «de tout parti s'intéressant à nos conditions de travail. De fait, sur Genève, nous manquons de 70 collaborateurs».

Ton opinion