Actualisé 10.01.2016 à 17:32

SuisseL'UDC veut garder le démissionnaire Blocher

Toni Brunner compte convaincre le vice-président de rester au sein de la direction du parti.

1 / 19
2018
2018

Il faut attendre le 6 mars 2018 pour que le tribun démissionne du bureau de la direction où il était responsable de la stratégie. Blocher se consacrera dorénavant au comité «UE-Non» pour la sauvegarde de la démocratie directe et contre le transfert du pouvoir législatif suisse à Bruxelles. (6 mars 2018)

Keystone
La dynastie Blocher ne s'éteint pas pour autant à la tête de l'UDC. La fille du tribun, Magdalena Martullo-Blocher (GR) est proposée comme nouvelle vice-présidente. (6 mars 2018)

La dynastie Blocher ne s'éteint pas pour autant à la tête de l'UDC. La fille du tribun, Magdalena Martullo-Blocher (GR) est proposée comme nouvelle vice-présidente. (6 mars 2018)

Keystone
2016
2016

Dans la foulée de l'annonce du départ du président Toni Brunner du 9 janvier 2016, Christoph Blocher annonce le 10 janvier 2016 qu'il quitte la vice-présidence du parti où il était en fonction depuis son éviction au gouvernement. Mais il en devient le responsable stratégique.

Keystone

C'est pour être plus proche du peuple que l'ancien conseiller fédéral ne veut plus se représenter à la fin de son mandat le 23 avril.

L'écart entre la classe politique et la population grandit toujours plus, a observé le tribun zurichois, interrogé par l'ats. Il aimerait davantage incarner le pont entre les deux.

Les autorités et le politique s'éloignent de plus en plus des thèmes qui préoccupent la population. Or il faut parler des problèmes et prendre des décisions. Les passer sous silence, comme cela a été le cas après les agressions à Nouvel-An à Cologne conduit à l'extrémisme.

Pour l'heure, son départ n'est toutefois pas définitif et le parti ne semble pas vouloir le lâcher. Toni Brunner a d'ores et déjà annoncé qu'il comptait convaincre Christoph Blocher de rester. En outre, le Zurichois, âgé de 75 ans, reste président du Comité «Non à l'adhésion insidieuse à l'UE».

Réforme des structures

«S'ils ont besoin de moi, ils n'ont qu'à venir», a-t-il commenté. Mais pour lui, il est clair qu'il ne veut plus rester vice-président avec la structure de parti actuelle.

La direction de l'UDC a annoncé samedi qu'elle avait créé un groupe de travail chargé de revoir sa structure, mais aussi d'examiner si d'autres changements doivent être entrepris.

Ce groupe présentera ses propositions lors de l'assemblée des délégués du parti le 23 avril. Le premier parti de Suisse a obtenu 29,4% des voix en octobre, des modifications s'imposent, selon l'UDC.

Dans un communiqué transmis à l'ats, le parti dit comprendre le souhait de Christoph Blocher. Elle lui demande néanmoins de continuer à exercer un rôle essentiel au sein de la direction. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!