Actualisé 17.05.2011 à 09:41

Suisse alémanique

L'UDC veut imposer les dialectes

Après la victoire du schwytzerdütsch dans les jardins d'enfant à Zurich et à Bâle, l'UDC veut profiter du climat politique ambiant pour imposer la même décision dans d'autres cantons.

de
Jessica Pfister/rga
En Suisse centrale, les jeunesses UDC militent à leur tour pour que le suisse allemand soit rendu obligatoire dans les écoles enfantines de leur région.

En Suisse centrale, les jeunesses UDC militent à leur tour pour que le suisse allemand soit rendu obligatoire dans les écoles enfantines de leur région.

Le oui à l'introduction obligatoire du dialecte dans les jardins d'enfant vient à peine de tomber que plusieurs sections cantonales se ruent déjà au portillon pour exiger les mêmes dispositions ailleurs. «Nous voulons nous emparer de ce sujet aussi vite que possible et lancer une initiative allant dans ce sens», clame Jeffrey Bleiker, président des jeunes UDC de Saint-Gall.

Même son de cloche chez la jeunesse UDC de Schwyz, où Stefan Betschart, leur président, examine lui aussi la possibilité de lancer une initiative. Il a été particulièrement impressionné par les très bons résultats obtenus pendant la récolte de signature de ses «camarades» lucernois. Betschart compte aller un pas plus loin que les autres sections de son parti en Suisse centrale: «Nous exigeons que le dialecte soit parlé en classe jusqu'en troisième année pour les cours qui n'ont pas trait directement à la langue, comme par exemple les maths», explique-t-il.

A Lucerne, on est tout particulièrement satisfait des résultats en provenance de Zurich et de Bâle. Anian Liebrand, président des jeunes UDC, se réjouit du succès de la récolte de signatures dans son canton qui avance très bien. 2500 signatures ont d'ores et déjà été réunies. D'ici au mois d'octobre, il en faudra 1500 de plus. L'initiative exige que les bambins soient accompagnés en suisse allemand à l'école enfantine. La règle en vigueur actuellement prévoit que les jardinières d'enfant parlent l'allemand standard pendant deux tiers de leur temps d'enseignement et le dialecte pour un tiers.

A Berne, c'est le parlement qui devra s'exprimer. Erich Hess, président des jeunes UDC, y a déposé une motion que le Grand Conseil bernois discutera en juin.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!