Actualisé 26.11.2014 à 15:28

Fribourg

L'UDC veut un deuxième siège au national

L'UDC fribourgeoise souhaite installer un deuxième député au Conseil national lors des élections fédérales de 2015.

M. Mesot se demande donc pourquoi cette année les partis du centre estiment la formation de droite «moins fréquentable».

M. Mesot se demande donc pourquoi cette année les partis du centre estiment la formation de droite «moins fréquentable».

Roland Mesot, président du parti, ne cache pas que pour y parvenir sa section devra «travailler pour gagner des voix».

Dans une interview au quotidien «La Liberté» parue mercredi, Roland Mesot espère obtenir ce siège au détriment «de la gauche, si possible». Il a confié au journal fribourgeois que «la clé, ce sont les alliances que passeront les autres» partis. Selon lui, les apparentements de la gauche avec l'extrême gauche et du PDC avec les Vert'libéraux et le PBD seront déterminants pour l'issue des élections.

Pour Roland Mesot, «un grand apparentement de la droite, dans un but purement stratégique» ne le dérange pas. Il fait référence à l'alliance de 2013 entre son parti, le PDC et le PLR, lors de l'élection complémentaire pour remplacer Isabelle Chassot (PDC) au Conseil d'Etat fribourgeois. Jean-Pierre Siggen (PDC) avait été élu face à Jean-François Steiert (PS).

M. Mesot se demande donc pourquoi cette année les partis du centre estiment la formation de droite «moins fréquentable». Précisant tout de même «adhérer à la ligne nationale» de l'UDC. Quant au Conseil des Etats, le président déclare qu'aucune stratégie n'a été arrêtée pour le moment. Ce qui est en revanche «sûr et certain, c'est qu'il y aura un candidat», a-t-il affirmé. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!