Actualisé 18.06.2015 à 17:58

Suisse

L'UDC veut un moratoire immédiat sur l'asile

L'UDC souhaite que la Suisse prenne exemple sur l'Autriche et cesse d'examiner les dossiers de migrants, afin d'inciter les pays membres de l'UE à faire plus d'efforts pour accueillir les vagues de réfugiés.

La question de l'asile donnera lieu à un débat extraordinaire lors d'une prochaine session des Chambres fédérales. L'UDC a déposé jeudi sa motion en faveur d'un moratoire immédiat en matière d'asile et reçu le soutien nécessaire au National, ont annoncé jeudi les services du Parlement.

Il lui fallait recueillir les signatures d'un quart d'une Chambre, or le groupe UDC compte 57 membres au National. Le Bureau de chaque conseil fixera la date du débat, ce pourrait être dans le cadre de la session d'automne, juste avant les élections fédérales.

La motion veut un moratoire durant au moins un an sur le droit d'asile. Plus personne ne devrait pouvoir entamer une procédure, obtenir le statut de réfugié ou arriver en Suisse dans le cadre de contingents humanitaires. Le stop vaudrait aussi pour les demandes de regroupement familial. Un contrôle systématique des frontières, si besoin avec l'aide de l'armée, devrait être réinstauré pour garantir le moratoire.

Crise européenne

La demande de l'UDC fait écho à une décision de l'Autriche. Vienne a décidé la semaine dernière de cesser d'examiner les demandes d'asile déposées auprès de ses autorités afin d'inciter les autres pays membres de l'UE à faire plus d'efforts pour accueillir des réfugiés.

La Commission européenne veut alléger la pression pesant sur l'Italie et la Grèce, confrontés à l'arrivée de milliers de migrants traversant la Méditerranée sur des embarcations de fortune. Elle souhaite répartir environ 40'000 demandeurs d'asile syriens et érythréens entre tous les Etats de l'Union.

Après l'échec d'un sommet des 28 mardi à Luxembourg, la France a décidé mercredi de mettre en place un dispositif de contrôle renforcé à la frontière italienne, bloquant de fait l'entrée sur son territoire de milliers de clandestins. Paris s'est toutefois dit résolu à créer 10'500 nouvelles places d'hébergement pour demandeurs d'asile.

La Hongrie a décidé le même jour de lancer des «travaux préparatoires» pour la construction d'une clôture de quatre mètres de haut sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie. (ats)

Le président slovaque appelle à «une solidarité élémentaire»

Le président slovaque Andrej Kiska a appelé jeudi ses compatriotes, majoritairement opposés à l'accueil dans leur pays de réfugiés d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, à faire preuve d'une «solidarité humaine élémentaire» à leur égard.

«J'estime personnellement que nous avons la possibilité, mais aussi en tant qu'un pays prospère, le devoir moral, d'aider» ces migrants, a déclaré M. Kiska devant le parlement.

Selon un sondage publié mercredi,70,1% des Slovaques se disent opposés à l'accueil d'immigrés dans leur pays.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!