Grèce: L'UE continue de reconduire les migrants en Turquie
Publié

GrèceL'UE continue de reconduire les migrants en Turquie

Un ferry de 45 Pakistanais a quitté Lesbos pour la Turquie, dans le cadre de l'accord UE-Ankara.

1 / 150
Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

AFP
Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Keystone
Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

AFP/archive/photo d'illustration

Un deuxième groupe de 45 migrants est, ce vendredi, en train d'être reconduit de l'île grecque de Lesbos à la Turquie, dans le cadre de l'accord récemment conclu entre l'Union européenne et Ankara. Un troisième groupe de quelque 80 personnes doit être reconduit dans la matinée, selon diverses sources.

Le premier voyage, très médiatisé, avait permis de renvoyer 202 migrants lundi. Il s'agissait essentiellement de Pakistanais et d'Afghans. Deux militants hostiles à l'accord turco-européen se sont jetés à l'eau alors que le ferry s'apprêtait à appareiller du port de Mytilène. Ils ont été repêchés par les garde-côtes.

Militants désespérés

Vendredi matin, trois militants ont été arrêtés après avoir tenté d'empêcher le départ du ferry en s'accrochant à l'ancre du bateau dans le port de Mytilène. Une trentaine d'autres étaient venus manifester dans le port, en scandant «Arrêtez les renvois», «UE honte à toi» et «Liberté pour les réfugiés».

Tous ces renvois ne concernent que des personnes n'ayant pas demandé l'asile. «Quiconque demande l'asile est ôté de la liste» des renvois, a indiqué une source gouvernementale cette semaine.

Or, une très grande partie des quelque 6000 migrants arrivés en Grèce depuis le 20 mars, et donc visés par l'accord UE-Turquie, ont demandé l'asile ces jours-ci. Ce qui retarde leur départ, chaque demande devant être examinée individuellement.

Procédure d'asile en 15 jours

La Grèce s'est engagée à effectuer la procédure d'examen d'asile en quinze jours pour chacun. Le problème? Très peu des personnels européens spécialistes du droit d'asile, promis par l'UE dans le cadre de l'accord, sont arrivés sur les îles pour traiter ces demandes.

Le gouvernement grec avait laissé entendre qu'il y aurait un nouveau renvoi vendredi. Il avait en même temps indiqué anticiper un délai de quinze jours avant la prochaine vague de renvois.

Actes désespérés

La situation provoque des actes désespérés parmi les migrants. Jeudi, quelque 150 personnes ont réussi à fuir du camp de Samos, avant d'être convaincues d'y retourner, selon une source gouvernementale grecque.

La même chose est arrivée la semaine dernière à Chios, où au moins 600 personnes ont quitté le camp de Vial, et restent depuis sur le port. A Samos et Lesbos, des dizaines de migrants affirment aussi avoir entamé une grève de la faim pour empêcher leur expulsion.

La mise en oeuvre de l'accord est d'autant plus difficile que de nouveaux migrants irréguliers continuent à débarquer chaque jour par dizaines. Le nombre est toutefois très inférieur aux milliers de personnes qui arrivaient quotidiennement l'été dernier. Entre jeudi 8 heures et vendredi 8 heures, 149 personnes sont encore arrivées en provenance de Turquie, ont indiqué les autorités. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion