Union européenne: L'UE ne veut pas voir le Royaume-Uni partir
Actualisé

Union européenneL'UE ne veut pas voir le Royaume-Uni partir

Quelques heures après la victoire de David Cameron aux élections britanniques, l'Union européenne a rappelé que la liberté de circulation n'est pas négociable.

L'Union européenne est prête à discuter d'éventuelles demandes de réformes du Premier ministre britannique. Mais les libertés inscrites dans le traité européen, dont la liberté de circulation, ne sont «pas négociables», a réaffirmé vendredi la Commission européenne.

Le conservateur David Cameron, qui a remporté une victoire sans appel aux élections britanniques jeudi, a dans la foulée réitéré sa promesse d'organiser un référendum sur une éventuelle sortie de l'UE. Il s'était défendu de remettre en cause la liberté de circulation des personnes tout en disant vouloir «mettre fin aux abus».

«Les quatre libertés reprises dans le traité sont non négociables, dans le sens que c'est l'essence de l'Union européenne», a déclaré le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas. Il était interrogé plus précisément sur la liberté de circulation des personnes.

Les quatre libertés sont celles de circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux au sein du marché unique européen.

Abus et zones grise

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a récemment ouvert la porte à des modifications mineures de traité. Mais il a exclu toute concession majeure comme la liberté de mouvement au sein de l'UE.

«Nous voulons d'abord voir les propositions de réformes britanniques et, dans un esprit d'ouverture (...), nous sommes prêts à en discuter dans notre recherche d'un accord juste avec la Grande-Bretagne», a dit M. Schinas au cours d'un point de presse.

«Les quatre libertés sont non négociables, mais l'abus de liberté c'est une autre chose», a dit M. Schinas. «Affronter les cas d'abus et les zones grises» est une «responsabilité», a-t-il ajouté. Et de rappeler que «ce n'est pas une nouveauté, on a une jurisprudence de la Cour de justice (de l'UE) qui nous oblige à le faire». (ats)

Ton opinion