Crise des réfugiés: L'UE s'accorde sur une «position commune»
Actualisé

Crise des réfugiésL'UE s'accorde sur une «position commune»

L'Union européenne doit présenter une proposition à la Turquie pour stopper l'afflux de migrants.

1 / 224
12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

AFP/Philippe Huguen
Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

AFP/Philippe Huguen
24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

AFP/Louisa Gouliamaki

Les dirigeants des 28 pays de l'UE ont finalisé une «position commune» jeudi soir en vue d'un accord avec la Turquie censé stopper l'afflux de migrants vers l'Europe, a annoncé le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.

Il y a un «accord sur une position de l'UE», et le président du Conseil européen Donald Tusk «la présentera au Premier ministre turc avant notre conseil européen» qui reprend vendredi, a indiqué Xavier Bettel sur son compte Twitter.

A Donald Tusk a été donné «mandat avec les points qui étaient positifs, et négatifs, pour qu'(il) les présente au Premier ministre turc» Ahmet Davutoglu vendredi matin, a précisé Xavier Bettel devant des journalistes en sortant du sommet.

Aucun nouveau texte rédigé

Une source européenne a souligné qu'il ne s'agissait «pas d'un accord (sur un texte) mais d'une position commune» qui doit permettre aux négociations de progresser. Aucun nouveau texte n'a été rédigé jeudi soir, selon cette source, car l'objectif dans un premier temps était que Donald Tusk «comprenne les lignes rouges des uns et des autres».

Le projet d'accord négocié le 7 mars entre l'UE et la Turquie, dont la chancelière allemande Angela Merkel est considérée comme l'architecte, a fait l'objet de vives critiques.

Plusieurs Etats membres craignent une illégalité de la mesure phare du plan en négociation: le renvoi de tous les nouveaux migrants arrivant en Grèce depuis la Turquie, y compris les demandeurs d'asile.

Un «compromis» possible ?

D'autres refusent d'aller trop loin dans les contreparties promises à Ankara, en particulier Chypre, qui a toutefois évoqué jeudi pour la première fois un «compromis» possible.

Donald Tusk doit désormais présenter la «position commune» des 28 à Ahmet Davutoglu vendredi à 07H30 GMT, en compagnie du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et de Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'UE.

Les trois dirigeants de l'UE devraient ensuite revenir vers les 28 avec les résultats de cette négociation autour de l'heure du déjeuner, selon une autre source européenne.

«Nous espérons que nous saurons vers 13h00 (12h00 GMT) comment la Turquie compte agir (...) Quant à savoir si cela sera fructueux, seule une voyante pourrait le dire», a déclaré de son côté le chancelier autrichien Werner Faymann. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion