L'UEFA fâche Moritz Leuenberger
Actualisé

L'UEFA fâche Moritz Leuenberger

Le premier bilan de l'évènement est dans l'ensemble positif, sauf pour l'UEFA qui voit son image se ternir.

Réunis pour deux jours à Bâle, les ministres de l'environnement de la Suisse, de l'Autriche, du Liechtenstein et de l'Allemagne estiment que l'UEFA a failli à sa tâche de protection de l'environnement. Moritz Leuenberger a regretté qu'elle ait toujours refusé de prendre sur son territoire - les stades - des mesures en faveur du climat, a indiqué à l'ATS Harald Hammel, porte-parole du conseiller fédéral.

L'UEFA a notamment refusé de signer la charte du développement durable paraphée il y a un an par M. Leuenberger et son homologue autrichien Josef Pröll. Ce texte prévoit toute une série de mesures visant à faire l'EURO «le plus écologique possible»: encouragement des transports publics, recours aux énergies renouvelables, lutte contre les montagnes de déchets, etc., a rappelé M. Hammel.

Au nom des quatre ministres, M. Leuenberger a demandé à l'UEFA d'acheter des certificats d'émission de CO2 pour que l'EURO 2008 soit neutre en matière d'émissions. L'UEFA devrait à cette fin débourser environ 1,5 million de francs. Elle paie peu d'impôts et l'EURO devrait lui rapporter un milliard de francs de bénéfices, a fait valoir M. Leuenberger.

Pas de censure de l'UEFA

L'UEFA a aussi dû démentir une censure d'images déplaisantes de supporters lors des retransmissions télévisées de matchs. Au nom de l'indépendance journalistique le directeur de la SSR Armin Walpen avait estimé dimanche «plus que problématique» que des tiers, en l'occurence l'UEFA, sélectionnent les séquences.

«Ce sont des balivernes», les images étaient disponibles, a rétorqué lundi matin sur les ondes de la Radio suisse romande le porte-parole de l'UEFA William Gaillard. Interrogé par l'ATS, son homologue de la SSR Daniel Steiner confirme, mais relativise: «dans la pratique, il n'est pas si simple de les utiliser».

Pas d'incident

En Suisse, le championnat s'est poursuivi sans incident notable. Le froid et la pluie n'ont pas empêché d'innombrables fans turcs de célébrer dans la nuit de dimanche à lundi la qualification de leur équipe pour les quarts de finale. Et la Suisse a clos sa participation sur une «victoire honorable», s'est félicité le délégué du Conseil fédéral pour l'EURO Benedikt Weibel.

Toujours aucun incident majeur ni émeute n'ont été signalés. La circulation est également restée fluide, 85 % des supporters s'étant rendus aux stades en transports publics.

Le corps suisse des gardes-frontière est tout aussi positif. Depuis le début de l'EURO 2008, douze hooligans connus de ses services ont été stoppés à la frontière et une trentaine d'objets interdits saisis.

Villes hôtes satisfaites

Du côté des villes hôtes, «Genève a prouvé sa capacité à organiser ce genre de grande manifestation sportive», a déclaré le conseiller d'Etat Mark Muller au lendemain du troisième et dernier match disputé dans sa ville. Sur le plan de la sécurité, «rien à signaler», a résumé le commandant de la gendarmerie Christian Cudré- Mauroux.

La fanzone a attiré jusqu'ici 335 000 personnes, dont 25 000 dimanche, la discothèque fanclub08 20 000. La Fan Embassy, chargée de l'accueil des hôtes étrangers, a connu un «très gros succès» avec 13 700 visiteurs. Seul point noir de ce bilan: la mauvaise fréquentation du Fan Village, avec 11 800 visiteurs.

Nouvelle vague orange

Après avoir accueilli 25 000 fans dimanche, Berne se prépare à une troisième vague orange pour le match qui y opposera mardi les Pays-Bas à la Roumanie. Les organisateurs n'attendent toutefois plus 60 000 Néerlandais comme vendredi mais seulement 30 000, les Bataves étant déjà qualifiés pour les quarts de finale.

La déferlante devrait reprendre de plus belle à Bâle samedi lorsque les «Oranje» affronteront la Suède ou la Russie. Des bénévoles iront d'ailleurs à Berne mardi pour se préparer à l'invasion néerlandaise, ont annoncé les responsables bâlois.

Les prochains matchs à Bâle, soit les quarts de finale de jeudi et de samedi, se joueront sur une pelouse toute neuve. Un nouveau gazon en provenance des Pays-Bas a en effet été posé au Parc St- Jacques lundi, le terrain ayant été fortement abîmé par les trombes d'eau tombées lors du match Suisse - Turquie de mercredi dernier.

(ats)

Ton opinion