Montreux (VD): L'ultime voyage de «Nelson», le cygne noir
Actualisé

Montreux (VD)L'ultime voyage de «Nelson», le cygne noir

Le célèbre oiseau a été retrouvé mort jeudi matin, au bord du lac à Montreux. Tué par un renard?

par
apn
1 / 11
Le cygne noir avait été tenu en captivité durant un mois avant d'être relâché dans le lac Léman le jeudi 30 juin.

Le cygne noir avait été tenu en captivité durant un mois avant d'être relâché dans le lac Léman le jeudi 30 juin.

Pauline Rumpf
Capturé le 27 mai dernier, «B465» avait subi diverses analyses sanitaires à Etoy. Comme son propriétaire ne s'était pas manifesté, il avait été remis au zoo de Servion peu après.

Capturé le 27 mai dernier, «B465» avait subi diverses analyses sanitaires à Etoy. Comme son propriétaire ne s'était pas manifesté, il avait été remis au zoo de Servion peu après.

Pauline Rumpf
Outrés par cette «captivité», de nombreux amis des animaux s'étaient manifestés pour libérer l'animal du zoo. La Conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro l'avait donc remis à l'eau à Vevey.

Outrés par cette «captivité», de nombreux amis des animaux s'étaient manifestés pour libérer l'animal du zoo. La Conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro l'avait donc remis à l'eau à Vevey.

Pauline Rumpf

C'était sans conteste le cygne noir le plus célèbre de Suisse. «Nelson» a été retrouvé inanimé jeudi matin au bord du lac, à Montreux (VD). Joint par «20 minutes», le garde-pêche signale que «des traces de blessures ont été retrouvées sur la dépouille de l'oiseau». L'autopsie dira de quoi il est mort. Mais selon nos renseignements, le cygne noir aurait été attaqué par un autre animal, probablement un renard.

Le spécimen, d'abord surnommé «B465» d'après le numéro de sa bague, et rebaptisé Nelson par le Conseil d'Etat vaudois, avait été capturé le 27 mai dernier à l'embouchure de la Veveyse. D'origine australienne, le palmipède a alors dû subir différentes analyses pour vérifier sa provenance, s'assurer qu'il n'apporte pas de maladies, et tenter, en vain, de retrouver son propriétaire. Il a donc transité par le contrôle sanitaire à Etoy (VD), avant d'atterrir au zoo de Servion jusqu'à son retour dans le Léman le 30 juin. L'oiseau avait été libéré par la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro en personne.

De nombreuses voix s'étaient fait entendre pour dénoncer une incarcération abusive de l'oiseau. Des lettres, courriels et téléphones ont été adressés au Service vaudois de la faune et au journal «24heures» ainsi que sur les réseaux sociaux.

Ton opinion