Disparition du vol d'AirAsia: L'une des boîtes noires de l'Airbus repêchée
Actualisé

Disparition du vol d'AirAsiaL'une des boîtes noires de l'Airbus repêchée

Des plongeurs indonésiens ont remonté lundi à la surface l'une des deux enregistreurs de vol de l'avion d'AirAsia qui s'est abîmé en mer de Java, le 28 décembre.

L'enregistreur de vol a été remonté à la surface à 07h11 (01h11 en Suisse), deux semaines après la disparition de l'appareil reliant la ville indonésienne de Surabaya à Singapour, a annoncé le directeur de l'Agence de recherches et de secours, Bambang Soelistyo.

«Nous avons remonté une partie des boîtes noires que nous appelons enregistreur de données vol», a-t-il indiqué.

L'enregistreur a été retrouvé sous les débris d'une aile. «Nous tentons toujours de retrouver l'enregistreur de voix» qui permettrait de connaître les dernières communications des pilotes, a-t-il ajouté. La seconde «boîte noire», celle qui conserve ces enregistrements, a été repérée.

Les plongeurs avaient localisé dimanche ces précieux enregistreurs à une trentaine de mètres de profondeur en mer de Java, enfouies autour des débris de fuselage de l'avion.

Météo évoquée par des responsables

Parti de Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, le 28 décembre à destination de Singapour, le vol QZ8501 a disparu des écrans radar un peu avant la mi-chemin. L'équipage avait auparavant demandé l'autorisation de changer de plan de vol pour échapper à une perturbation.

Selon la météo nationale, les conditions atmosphériques ont certainement joué un rôle dans l'accident.

Les premiers éléments de l'enquête établis à partir de l'examen des débris de l'avion semblent indiquer que l'appareil s'est disloqué en percutant la surface de la mer, selon S.B. Supriyadi, un responsable de l'Agence de recherches et de secours.

«Il a explosé à cause de la pression», a-t-il dit à Pangkalan Bun, sur l'île de Bornéo, d'où sont organisées les recherches auxquelles ont participé des navires américains et chinois notamment.

Acheminée par hélicoptère

Mais des experts ont mis en doute ce scénario, estimant que les informations disponibles étaient insuffisantes pour établir avec précision les causes de la catastrophe et qu'il fallait attendre pour cet élément d'analyser les informations intégrées dans les boîtes noires.

Les enquêteurs souhaitent que l'enregistreur, découvert sous une aile de l'appareil, leur donnera les éléments nécessaires.

La boîte noire a été acheminée par hélicoptère jusqu'à Pangkalan Bun, ville du sud de l'île de Bornéo d'où sont coordonnées les recherches, et devrait être transportée jusqu'à Djakarta.

Elle semble en bon état, a précisé le directeur de la Commission de sécurité des transports (NTSC), Tatang Kurniadi.

Plus de 160 tués au total

L'analyse des données qu'elle intègre pourrait prendre jusqu'à un mois. «Le transfert est simple, c'est probablement une journée, mais la lecture est plus difficile et pourrait nécessiter deux semaines à un mois», a expliqué de son côté Madjono Siswosuwarno, qui supervise l'enquête de la NTSC.

«Tous les bateaux, y compris ceux de nos amis (étrangers), seront déployés avec pour priorité de rechercher les corps qui seraient toujours sous l'eau», a également affirmé le coordinateur des recherches, Fransiskus Bambang Soelistyo.

Parmi les 162 personnes à bord au total se trouvaient 155 Indonésiens, le copilote français, un Britannique, trois Sud-Coréens, un Malaisien et un Singapourien. Seuls 48 corps sur les 162 passagers à bord de l'avion ont été repêchés jusqu'ici. (ats)

Ton opinion