Au moins 83 morts - «L'une des pires séries de tornades de l’histoire des États-Unis»

Publié

Catastrophe naturelleAu moins 83 morts lors des tornades qui se sont abattues sur les États-Unis

Le bilan des tornades qui ont traversé le centre-est des États-Unis s’est encore alourdi samedi. La Maison-Blanche a évoqué l’une des «pires séries de tornades» de l’histoire.

Une vue aérienne de la ville de Mayfield dans le Kentucky, état qui compte plus de 70 victimes des tornades.

Une vue aérienne de la ville de Mayfield dans le Kentucky, état qui compte plus de 70 victimes des tornades.

Getty Images via AFP

Au moins 83 morts, des maisons aplaties à perte de vue et des enchevêtrements de gravats. Le bilan provisoire était dévastateur samedi après le déferlement sur le centre et le sud des Etats-Unis d’une série de tornades d’une violence inouïe.

Le président américain Joe Biden a déploré «l’une des séries de tornades les pires» de l’histoire des États-Unis, qualifiant les ravages de «d’inimaginable tragédie». En tout, au moins 79 décès ont été recensés à travers cinq États.

Dans l’Illinois, au moins six personnes sont mortes dans l’effondrement d’un entrepôt Amazon, a annoncé le chef des pompiers d’Edwardsville, précisant que la partie secours des opérations était désormais terminée laissant place à la récupération des victimes. Les employés du géant de la distribution travaillaient de nuit pour traiter les commandes avant les fêtes de fin d’année.

Le Tennessee en compte quatre, deux personnes sont mortes dans l’Arkansas, selon les responsables et les médias locaux. Dans l’Illinois, deux autres personnes sont également mortes dans l’effondrement d’un entrepôt Amazon, tandis qu’au moins un mort est à déplorer dans le Missouri. Mais le Kentucky, dans le centre-est du pays, enregistre un bilan effroyable après le passage de ce phénomène météorologique dévastateur, qui touche les immenses plaines américaines.

Après avoir annoncé «au moins 70 morts» dans son État, le gouverneur Andy Beshear a affirmé que «d’ici à la fin de journée ou demain», le bilan s’élèverait à plus de 100 décès, précisant même s’attendre à ce que «le chiffre monte de manière considérable». Il a appelé les habitants à donner leur sang, pour soigner les blessés.

«Un tas d’allumettes»

«Les ravages sont incomparables avec quoi que ce soit que j’ai pu voir dans ma vie, et j’ai du mal à trouver les mots pour les décrire», a-t-il ajouté. La catastrophe représente «la pire tornade, la plus dévastatrice, et la plus mortelle de l’histoire du Kentucky», a précisé l’élu. Mayfield, une bourgade de 10’000 habitants, a été à l’épicentre de la catastrophe.

Le cœur de la ville ressemble «à un tas d’allumettes», a affirmé la maire Kathy O’Nan sur la chaîne CNN. «Les églises du centre ont été détruites, et le tribunal au cœur de la ville a été détruit», a-t-elle ajouté.

«Comme si une bombe avait explosé»

«C’est comme si une bombe avait explosé dans notre quartier», a raconté à l’AFP Alex Goodman, une habitante de Mayfield après une nuit éprouvante dans le noir et dans l’angoisse. Partout dans la ville, des bâtiments ont été éventrés, du métal tordu, des véhicules renversés, et des arbres et des briques éparpillés dans les rues.

Sur un parking du centre, des bénévoles étaient à pied d’œuvre pour collecter des articles de première nécessité destinés aux familles sinistrées, a constaté un journaliste de l’AFP sur place. Ils rassemblaient notamment des vêtements chauds, des couches pour bébés et des bouteilles d’eau potable, alors que les réseaux de distribution d’eau et d’électricités ne sont plus opérationnels.

LA ville de Mayfield avant et après le passage de la tornade.

LA ville de Mayfield avant et après le passage de la tornade.

AFP

Des employés d’une fabrique de bougies y ont été piégés après que le toit a cédé sous la violence des vents. On était encore sans nouvelle de dizaines d’employés sur la centaine présents. Aucune personne n’avait pu être sortie vivante des décombres depuis la matinée, laissant craindre là aussi un très lourd bilan. Le gouverneur Andy Beshear a même parlé de «miracle» si des survivants étaient à présent retrouvés.

Sur une large bande du territoire américain, la nuit a été terrible. «On a eu une alerte à 9 h 30, on nous a dit que la tornade arrivait. C’est venu et c’est reparti comme ça, d’un coup» a raconté à l’AFP David Norseworthy, 69 ans, devant le porche détruit de sa maison. «On n’a jamais rien vu de tel dans le coin. Là où ça frappe, ça démolit tout».

Les agences fédérales de réponse aux catastrophes ont déjà commencé à être déployées sur place, a affirmé Joe Biden, qui a promis que «l’État fédéral ferait tout ce qu’il peut pour aider».

L’une des tornades a parcouru 400 kilomètres

Les chaînes américaines ont filmé le passage des tornades: colonnes noires balayant le sol, illuminées par des éclairs intermittents. Environ une trentaine de ces tempêtes ont déferlé vendredi soir et samedi matin sur les États-Unis. L’une des tornades a parcouru plus de 400 km, selon le service météorologique national (NWS), alors qu’en moyenne celles-ci ne dépassent pas plus de 6 km de distance.

Plus au nord-ouest, dans l’Illinois, la force des vents a en partie arraché le toit d’un entrepôt d’Amazon ravagé par la tempête. Il s’agit d’employés du géant de la distribution qui travaillaient de nuit pour traiter les commandes avant les fêtes de fin d’année. La police a confirmé déplorer au moins deux décès dans l’entrepôt.

Après avoir déploré le bilan attendu des tornades, Joe Biden a souligné que les phénomènes météorologiques étaient «plus intenses» avec le réchauffement de la planète, sans établir toutefois de lien de causalité directe entre le dérèglement climatique et la catastrophe qui a endeuillé vendredi soir le pays.

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires