Actualisé 16.01.2015 à 14:47

Virus Ebola

L'Uni de Genève prend la tête d'un grand projet

L'Université de Genève (UNIGE) va coordonner un grand projet de recherche européen sur le vaccin expérimental contre le virus Ebola VSV-ZEBOV.

1 / 268
29.03.2016 L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé officiellement mardi que l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest ne constituait plus une «urgence de santé publique de portée internationale». Une déclaration faite malgré une résurgence du virus en Guinée.

29.03.2016 L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé officiellement mardi que l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest ne constituait plus une «urgence de santé publique de portée internationale». Une déclaration faite malgré une résurgence du virus en Guinée.

Keystone/Salvatore di Nolfi
15.01 Alors que l'OMS a annoncé hier la fin de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, la Sierra Leone a déclaré enquêter sur un décès suspect d'Ebola.

15.01 Alors que l'OMS a annoncé hier la fin de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, la Sierra Leone a déclaré enquêter sur un décès suspect d'Ebola.

AP/Youssouf bah
14.01 L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est officiellement terminée depuis jeudi. L'OMS a annoncé à Genève que le Liberia était désormais exempt du virus, après la Sierra Leone et la Guinée.

14.01 L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est officiellement terminée depuis jeudi. L'OMS a annoncé à Genève que le Liberia était désormais exempt du virus, après la Sierra Leone et la Guinée.

AFP/David Mcnew

Ce produit fait actuellement l'objet d'essais cliniques à Genève sur 115 volontaires. Ce projet novateur est doté de près de 4 millions d'euros sur trois ans. Il met en réseau 12 institutions partenaires en Europe, en Afrique et aux Etats-Unis, a fait savoir vendredi l'UNIGE. Les recherches viseront à comprendre en détail les effets du vaccin expérimental VSV-ZEBOV sur le système immunitaire.

Les échantillons prélevés lors des essais cliniques sur le VSV-ZEBOV seront utilisés par les scientifiques pour leurs recherches. «Nous disposerons d'un nombre d'échantillons exceptionnel qui constitue une base de données extraordinaire», a souligné la professeure de l'UNIGE Claire-Anne Siegrist dans un communiqué.

En utilisant des technologies innovantes, les chercheurs vont pouvoir procéder à une analyse fine du système moléculaire génétique des volontaires qui leur permettra de répondre à de nombreuses questions sur le fonctionnement de la réaction immunitaire au vaccin VSV-ZEBOV.

Les scientifiques vont notamment comparer près de 20'000 gènes afin de discerner les éléments qui pourraient expliquer les différentes réactions du vaccin. Les résultats de ces recherches permettront de compléter les études qui seront menées dans les mois qui viennent dans les pays affectés par l'épidémie, a relevé l'UNIGE. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!