Lausanne: L'UNIL montre les dents aux pirates du Net
Actualisé

LausanneL'UNIL montre les dents aux pirates du Net

Le téléchargement illégal pourrait bientôt coûter très cher aux geeks de l'Université. Jusqu'à l'exclusion.

par
Raphaël Pomey

Downloader le blockbuster du moment en plein cours de philo classique, ce sera bientôt de l'histoire ancienne! C'est le Centre informatique de l'UNIL qui le dit. Lundi, ce service a envoyé un courriel à tout le campus annonçant que le téléchargement illégal pourrait bientôt entraîner des dénonciations à la direction de l'Université.

«Nous avons diffusé ce message suite à une plainte de Microsoft et d'un éditeur de mangas», explique Pascal Jacot-Guillarmod, auteur du mail. Mais il n'est pas en mesure de dire si les téléchargements illégaux de fichiers ont augmentés récemment.

Les étudiants pincés risquent gros. La sanction pourrait aller du rappel à l'ordre jusqu'à l'interdiction de s'inscrire aux examens, voire à l'expulsion définitive. «Tout dépendra également du type de contenu volé», précise Françoise Grize, des affaires juridiques. L'Université ne réagirait pas de la même manière face à un download de cartoon ou de fichier pédophile.

A la Fédération des associations d'étudiants, la mesure reçoit un accueil mitigé. Gaétan Nanchen, secrétaire général: «C'est bien de lutter contre le phénomène. En revanche, nous nous opposerons vivement à des interdictions de se présenter aux examens. Cela paraît totalement excessif et sans rapport avec le problème du téléchargement.»

Ton opinion