Actualisé 18.01.2007 à 07:25

«L'Université souffre d'une organisation chaotique»

GENEVE – Le rapport Béguin montre qu'il n'y a pas de système «mafieux généralisé», mais de graves négligences au sein de l'institution.

«Le montant total des irrégularités s'élève à 10 000 fr.», minimise Thierry Béguin, l'ancien procureur du canton de Neuchâtel en charge de mener l'enquête générale. «Sur le plan pénal, il n'y a pas de grands méchants loups», confirme de son côté le conseiller d'Etat Charles Beer. Au printemps dernier pourtant, un rapport de l'Inspection des finances avait déclenché un véritable scandale. Il mettait en lumière de graves dysfonctionnements financiers. Huit dénonciations pénales s'en étaient suivies. Six d'entre elles devraient être classées prochainement. A l'époque, le Conseil d'Etat avait chargé Thierry Béguin de se pencher sur l'institution malade. Résultat de six mois de travail: «L'institution souffre d'une organisation chaotique. Le rectorat et l'administration centrale n'arrivent pas à travailler ensemble. Il y a du désordre, des attitudes désinvoltes. Mais tout cela ne relève pas du pénal», souligne-t-il.

Ces inquiétantes lacunes se traduisent néanmoins par un mal-être au sein du corps académique. «Le personnel m'a parlé de son sentiment de frustration et du climat morose qui règne», confie le Neuchâtelois. Ce dernier recommande une refonte de l'institution. Son avis sera pris en compte par la commission Dreifuss, chargée de préparer un avant-projet de loi. Le Grand Conseil devrait pouvoir s'emparer du projet avant la trêve estivale.

Renaud Bournoud

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!