LAUSANNE: L'Université vole au secours de Darwin
Actualisé

LAUSANNEL'Université vole au secours de Darwin

Père de la théorie de l'évolution, Charles Darwin aurait eu 200 ans aujourd'hui. Sa théorie est réfutée par certains croyants.

par
Joël Burri

«Il ne suffit pas d'être un bon biologiste pour être capable de désamorcer les attaques des créationnistes, explique la philosophe Christine Clavien. Les stratégies argumentatives qu'ils utilisent pour attaquer la théorie de l'évolution n'ont rien à voir avec la biologie.» Elle a donné un enseignement à de jeunes scientifiques de l'UNIL. But: offrir des outils pour répondre à ces croyants qui refusent certaines théories scientifiques quant aux origines de l'homme en invoquant des «Vérités bibliques». «A l'initiative de la faculté de théologie», souligne la philosophe.

«Si on prend le discours de la Bible et que l'on décrète que c'est vrai, on peu arrêter de faire de la science! Je trouve dangereux de mélanger démarches scientifique et de foi», explique le Dr Michel Chapuisat, chef de groupe au Département d'écologie et évolution. Dès octobre, l'UNIL reprendra cette réflexion avec une formation continue: «Evolution et croyance», selon Uniscope.

Les créationnistes se soustraient-ils aux règles de la science? «Le chrétien accorde une importance à la Bible parce qu'elle est la Parole de Dieu, explique Daniel Arnold, enseignant à l'Institut Emmaüs à Saint-Légier. Ce n'est pas un rejet de la science. Nous acceptons l'évolution au sein d'une espèce, mais refusons l'idée qu'une espèce évolue en une autre. L'homme ne descend pas du singe, c'est une espèce à part.»

Ton opinion