L'Urban Cruiser, baroudeur citadin d'un nouveau genre
Actualisé

L'Urban Cruiser, baroudeur citadin d'un nouveau genre

Dans nos rues dès le mois prochain, l'Urban Cruiser se démarque du troupeau des véhicules urbains par sa forte personnalité.

par
Jacques Chassot

Naguère, Fiat avait un beau slogan pour souligner les avancées de ses ingénieurs: «Les temps changent, l'automobile aussi.» Rien n'est plus vrai, et Toyota démontre une fois encore l'universalité et la constance de cette proposition avec son inédit Urban Cruiser.

Livrable en Suisse dès le début du mois de mai prochain, ce véhicule citadin en provenance du Japon présente une silhouette qui se démarque en effet des offres habituelles en adoptant une allure de «petit dur», à la manière d'un SUV.

Et c'en est un, d'ailleurs, mais en condensé, taillé précisément à la mesure des centres-villes, pour s'y faufiler comme les autres. Et dans un esprit de sobriété conforme aux attentes d'aujourd'hui, afin de faire «profil bas» quant aux émissions de CO2 de ses deux motorisations de faible cylindrée essence et diesel.

Par son look attrayant, forgé par des volumes soignés, combiné à un agencement intérieur étudié, l'Urban Cruiser offre une habitabilité correcte pour cinq personnes et leurs affaires. Mais, à l'instar des plus gros sport utility vehicles, ce petit Toyota peut aussi disposer de 4 roues motrices qui lui assurent une sécurité de haut niveau. A lui seul il illustre les formidables progrès accomplis dans l'automobile ces dernières années.

Une rationalité omniprésente

Délivrant respectivement 101 ch et 90 ch, les 1,33 litre Dual VVT-i benzin et 1,4 litre D-4D turbodiesel proposés n'ont aucun mal à assurer un dynamisme certain à l'Urban Cruiser.

Mais en se montrant également écoresponsables avec des rejets de CO2 raisonnables de 129 g/km pour l'un et 130 g/km pour l'autre (muni d'un filtre à particules), fruits de consommations normalisées réduites (5,5 l et 5 l/100 km) qui les classent tous deux dans la catégorie énergétique A, la meilleure.

Sept airbags de série

SéCURITÉ. Légère mais ultrarigide là où il le faut, avec une déformabilité programmée sur les zones de contact, y compris en collision latérale, la structure de caisse de l'Urban Cruiser devrait recevoir une très bonne note aux crash-tests sévérisés d'EuroNCAP. Auxquels contribuent évidemment les sept airbags implantés de série dans l'habitacle.

Pratique avant tout

Sympathique au regard, l'Urban Cruiser révèle à l'ouverture des portes une planche de bord agréable, dont les volumes épurés respirent de qualité. Sous les yeux du conducteur, tachymètre et compte-tours sont associés dans un même cadran de façon originale.

Mais on retient aussi le porte-gobelet passager escamotable ou la double boîte à gants, comme les nombreux réceptacles de rangement, intelligemment répartis dans tout l'habitacle.

Aussi appréciable, les dossiers des sièges arrière sont inclinables, alors que les assises coulissent longitudinalement, l'ensemble se rabattant asymétriquement pour agrandir le coffre de manière importante. Et la modularité des modèles 4x4 s'avère encore plus perfectionnée.

Enfin, la dotation d'équipement se répartit autour de trois niveaux de finition, Linea Terra, Linea Luna et Linea Sol.

TOYOTA URBAN CRUISER 1.4 D-4D

Poids à vide: 1240 kg

Longueur-hauteur: 3930/1540 mm

Consommation: 5 l mixte

Capacité du coffre: 305 l

Cylindrée: 1.364 cm3 16 soupapes turbodiesel common rail

kW/l/min: 66/à 3800 - 90 ch

Accélération 0-100 km/h: 11’’7

Vitesse maxi sur circuit: 175 km/h

Prix: 33 900 fr.

Ton opinion