Carnaval de Rio: L'urine des fêtards recyclée pour faire du jus
Actualisé

Carnaval de RioL'urine des fêtards recyclée pour faire du jus

Le carnaval de Rio se lance dans l'écologie avec cette année le «pipi électrique»: l'urine des fêtards est récupérée pour alimenter une dynamo qui produit de l'électricité.

La nouveauté du Carnaval de Rio cette année: le «pipi électrique». Deux avantages: éviter que les fêtards urinent n'importe où et alimenter les batteries des «trio-életricos», énormes camions surmontés de haut-parleurs qui accompagnent la foule dansant la samba.

Selon la presse brésilienne, l'invention est due à l'ONG culturelle Afro-reggae, qui veut encourager les hommes à utiliser des pissotières spéciales, munies d'un dispositif apte à transformer l'urine en énergie électrique. Le flux d'urine récupéré dans un réservoir entraîne une dynamo qui, elle, produit de l'énergie et est emmagasinée dans les batteries, un système semblable à celui des usines hydroélectriques, selon le quotidien «O Globo». Cette énergie servira à alimenter les batteries du «trio-életrico» qui parcourra lundi le bord de mer, à Ipanema (zone sud), drainant des milliers de danseurs au rythme de la samba.

Treize mille toilettes chimiques

A mesure que les fêtards iront se soulager dans l'équipement spécial, installé pour le moment dans le seul quartier d'Ipanema, une lumière s'allumera, simulant la production d'électricité.

L'initiative vise à atténuer l'un des problèmes de la mairie avec le passage des «blocos» (groupes carnavalesques de rue) avec leurs «mijoes» (pisseurs). Cela permettra de lutter contre les mauvaises odeurs dans les rues, après le passage de ces blocos, et servira à éduquer la population.

Cette année, 13'000 toilettes chimiques ont été installées sur le passage des blocos dans différents quartiers de Rio et la police municipale infligera des amendes aux «mijoes pris en flagrant délit», a prévenu la mairie. (20 minutes/ats)

Ton opinion