Actualisé

Mondial 2018L'Uruguay gifle la Russie et finit première

La Celeste est facilement venue à bout de la Russie dans son dernier match de poules (3-0). Luis Suarez et ses coéquipiers terminent en tête du groupe A, avec neuf points.

Cavani, buteur, et Godin peuvent exulter: l'Uruguay termine en tête de son groupe.

Cavani, buteur, et Godin peuvent exulter: l'Uruguay termine en tête de son groupe.

Keystone/Martin Meissner

La Russie est retombée sur terre. Euphorique depuis le début de la Coupe du monde, la nation hôte a été battue 3-0 à Samara par l'Uruguay dans la «finale» du Groupe A. Ce match entre deux équipes déjà qualifiées pour les huitièmes de finale n'a pas atteint des sommets. Ni au niveau du jeu, et encore moins en matière de suspense. Et pour cause, la messe était quasiment dite après une grosse demi-heure, le temps pour l'Uruguay de marquer deux fois - but de Luis Suarez sur coup franc et autogoal de Denis Cheryshev sur un tir de Diego Laxalt -, et pour la Russie de se retrouver à dix après l'expulsion d'Igor Smolnikov.

En supériorité numérique, l'Uruguay n'a pas cherché à forcer son talent. Et hormis un troisième but, tombé en fin de rencontre grâce à Edison Cavani, les Sud-Américains n'ont pas montré grand-chose dans la deuxième moitié de la partie. Minimaliste pour ses deux premiers matches du Mondial, avec à chaque fois un succès 1-0 contre l'Égypte et l'Arabie Saoudite, l'Uruguay a fait parler son réalisme lundi contre la Russie. Efficace à défaut d'être flamboyante, la Celeste a aussi confirmé sa solidité défensive, incarnée par son capitaine Diego Godin. Cela sera-t-il suffisant pour aller loin dans cette Coupe du monde ? Les supporters uruguayens seront fixés samedi à Sotchi, où la sélection d'Oscar Tabarez a rendez-vous avec les huitièmes de finale face à une formation forcément cotée, puisqu'il s'agira du deuxième du Groupe B, celui de l'Espagne et du Portugal.

De son côté, la Russie retrouvera dimanche le stade Loujniki de Moscou, où elle garde d'excellents souvenirs avec son match d'ouverture contre l'Arabie Saoudite (5-0). Et justement, pour rêver d'exploit contre le premier du Groupe B, la Sbornaya devra retrouver son allant des premiers matches du Mondial, même si ce n'est pas tous les jours que l'on affronte des adversaires aussi conciliants que l'Arabie Saoudite et l'Égypte. Pour aller plus loin, la Russie devra aussi s'en remettre à son meneur de jeu Aleksandr Golovin. Le joueur du CSKA Moscou a été spécialement ménagé lundi par son entraîneur Stanislav Cherchesov, et son absence s'est fait sentir dans les rangs russes face à l'Uruguay.

L'Égypte encore décevante

Dans l'autre match du groupe A disputé lundi après-midi, sans enjeu pour une qualification pour les huitièmes de finale, l'Arabie Saoudite a sauvé l'honneur en battant l'Égypte 2-1 à Volgograd. Mohamed Salah a ouvert le score pour les Pharaons, mais Salman Mohammed Al-Faraj a égalisé sur penalty puis Salem Mohammed Al-Dawsari a marqué dans les arrêts de jeu.

Cette fin de tournoi est particulièrement amère pour l'Égypte, qui aura été l'une des grosses déceptions de cette Coupe du monde, à laquelle elle n'avait plus participé depuis 1990. Les hommes d'Hector Cuper n'ont même pas réussi à fêter dignement le record d'Essam El-Hadary. Le gardien est devenu lundi, à 45 ans, le plus vieux joueur à disputer un match d'un Mondial. Privé de victoire, l'ancien portier du FC Sion a néanmoins «marqué le coup» en détournant un penalty en première mi-temps.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!