Etat islamique en Irak: L'usage de gaz par l'EI jugé plausible par Washington
Actualisé

Etat islamique en IrakL'usage de gaz par l'EI jugé plausible par Washington

L'administration américaine juge «plausible» l'utilisation de gaz moutarde par le groupe Etat islamique (EI) cette semaine dans une attaque contre des combattants kurdes irakiens.

1 / 448
29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

29.06 La ville irakienne de Fallouja a été libérée de l'emprise de l'Etat islamique, mais elle a beaucoup souffert.

Osamah Waheeb
31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

31.05 Des jihadistes de l'Etat Islamique proposent des femmes sur le réseau social, pour les forcer à ce qu'ils appellent le «jihad sexuel».

Keystone/AP
24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

24.05 L'ONU estime qu'il y a environ 50'000 personnes encore à Fallouja et qu'il est «important que les habitants puissent disposer de couloirs sûrs» pour fuir la ville.

Thaier Al-sudani

«Sur la base des informations que nous avions déjà, nous jugeons plausible» ce recours au gaz moutarde par le groupe Etat islamique, a indiqué jeudi un responsable américain à l'AFP, confirmant des informations publiées par le «Wall Street Journal».

Le Pentagone a de son côté indiqué que l'administration américaine «cherchait des informations supplémentaires» sur les allégations d'emploi cette semaine du gaz moutarde par l'EI. «Nous prenons ces allégations et toutes celles concernant l'emploi des armes chimiques très au sérieux», a déclaré le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

Stocks de Bachar al-Assad

Selon le «Wall Street Journal», l'administration américaine pense que l'EI a utilisé le gaz moutarde dans une attaque cette semaine contre des forces kurdes en Irak. Les extrémistes se seraient procuré le gaz moutarde en Syrie, lorsque le régime de Bachar al-Assad s'est débarrassé, sous la pression de la communauté internationale, de ses stocks d'armes chimiques, ou bien en Irak, selon le quotidien.

Ni le «Wall Street Journal» ni les responsables américains n'ont précisé quand précisément l'attaque au gaz moutarde par l'EI aurait eu lieu. Mais des combattants kurdes irakiens engagés contre le groupe Etat islamique ont assuré jeudi à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, avoir été la cible mardi d'une attaque d'armes chimiques, allégations relayées par l'armée allemande qui a des soldats au Kurdistan irakien dans le cadre de la mission d'assistance internationale aux combattants anti-EI.

Chlore

La source peshmerga a incriminé des roquettes remplies de chlore, mais n'a pas évoqué le gaz moutarde. Le ministère allemand de la Défense a indiqué que des spécialistes irakiens et américains se rendaient sur les lieux de l'attaque pour «déterminer ce qui s'est réellement passé». Le gaz moutarde est un gaz asphyxiant, utilisé pour la première fois par les Allemands à Ypres en Belgique en 1917. (ats/afp)

Les frappes américaines se sont intensifiées

La campagne de bombardements des Etats-Unis contre l'Etat islamique (EI) s'est intensifiée en juillet. Elle a été renforcée en parallèle à la progression des forces kurdes en Syrie et aux préparatifs de l'offensive de l'armée en Irak, selon les données du Pentagone. Le porte-parole du commandement central de l'armée américaine, Kyle Raines, a déclaré jeudi que le nombre de bombes et de munitions utilisées dans le cadre de cette campagne avait bondi de 67% en juillet par rapport au mois précédent, passant de 1686 à 2829. Les statistiques quotidiennes diffusées par le commandement central américain montrent que le nombre de sorties aériennes est resté relativement stable fin juillet. Cela donne à penser que les avions américains repéraient effectivement des cibles à bombarder et larguaient ainsi davantage de leurs munitions.

Ton opinion