Actualisé 03.03.2020 à 21:50

Bevaix (NE)

La 4G disparaît avant que la 5G ne soit débloquée

Pas de téléphone ni d'internet sur les portables Sunrise à Bevaix et alentours. L'antenne existante a été démantelée et la nouvelle n'est pas près de voir le jour.

de
xfz
Lorsqu'un toit doit être rénové, les opérateurs enlèvent leurs antennes.

Lorsqu'un toit doit être rénové, les opérateurs enlèvent leurs antennes.

Keystone/photo prétexte

«Depuis un mois, c'est comme si mon natel était mort. A Bevaix, les clients Sunrise n'ont plus de réseau ni d'internet sur leurs téléphones. Et la seule vraie solution qu'on nous propose, c'est de changer d'opérateur», s'offusque Irène*. Bien sûr, dans sa maison, elle peut utiliser l'option «appels wifi», mais à l'extérieur c'est une autre histoire. «Pour mon travail, je dois être toujours joignable. Mais dès que je vais faire des courses ou chercher mes enfants à l'école, il n'y plus moyen de recevoir le moindre appel», décrit-elle.

Cette Neuchâteloise avance que cette coupure a été orchestrée par l'opérateur, en représailles d'une opposition des habitants de Bevaix à l'installation d'une antenne 5G. Mais selon le porte-parole de Sunrise, il s'agirait d'un malheureux concours de circonstances. «Nous avons dû démanteler un site de téléphonie mobile combinée (2G, 3G et 4G) à Bevaix, le 31 janvier, car le propriétaire du bâtiment sur lequel elle se trouvait devait faire rénover l'isolation de son toit», explique-t-il.

«Le canton bloque les nouvelles constructions»

Ensuite, Sunrise aurait tenté de trouver un nouveau site pour installer une antenne, mais le porte-parole affirme que «le canton de Neuchâtel bloque ou retarde actuellement tous les types de construction de sites de téléphonie mobile, même s'ils ne concernent pas la 5G. De plus, le site de remplacement fait l'objet d'oppositions.»

Tom Egger, président de la Grande Béroche, dont fait partie Bevaix, confirme: «Dès qu'il y a un dépôt de permis de construire pour une antenne, on reçoit systématiquement entre 20 et 30 oppositions. Et pas seulement pour la 5G! Les gens craignent pour leur santé.» L'élu reproche néanmoins un manque de communication de l'opérateur. «Avant de débrancher l'antenne, Sunrise n'a averti personne. Pas même la commune.»

De plus, Tom Egger déplore n'avoir aucun moyen de légiférer en matière d'antennes. «Si plusieurs personnes viennent se plaindre à l'administration communale, nous pourrions faire pression sur Sunrise, pour qu'il réinstalle une antenne là où se trouvait celle qui a été démantelée. Mais nous ne pouvons rien faire de plus. D'ailleurs, je comprends que les gens s'alarment de cette situation. Dans certains cas, cela peut être dangereux de ne pas être joignable ou de ne pas pouvoir appeler.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!