Italie: La 56e Biennale de Venise a ouvert ses portes
Actualisé

ItalieLa 56e Biennale de Venise a ouvert ses portes

Tragédies des migrants en Méditerranée, guerre en Ukraine, durcissement du régime en Russie: l'actualité récente s'invite à la 56e Biennale d'art contemporain de Venise.

«Iceberg à Venise», une oeuvre de l'artiste albanais Helidon Xhixha présentée à la 56e Biennale de Venise.

«Iceberg à Venise», une oeuvre de l'artiste albanais Helidon Xhixha présentée à la 56e Biennale de Venise.

La Biennale, baptisée «All the world's futures», a officiellement ouvert ses portes samedi à Venise.

Dès le pavillon international situé dans les Jardins et où sont regroupés les artistes invités par le curateur, le Nigérian Okwui Enzewor, le ton est donné. «Le Capital» de Karl Marx, en quatre volumes, est lue en anglais à voix haute et en continu, dans une mise en scène du réalisateur britannique Isaac Julien.

Critique du système économique majoritaire, mais également engagement politique, environnemental et sociétal fort pour nombre des artistes présents cette année sur la Lagune jusqu'au 22 novembre. La Biennale en réunit 136 venus de 53 pays, dont 89 qui y exposent pour la première fois.

Lors de la dernière édition de cette biennale, quelque 400'000 passionnés d«art se sont rendus dans la Sérénissime.

Pavillon et «Salon» suisses

L'Uranaise Pamela Rosenkranz expose au pavillon suisse. L'artiste née en 1979 invite les visiteurs «à méditer sur la perte d'autonomie croissante sur leur corps». Son installation interroge la définition qu'il convient de donner à l'existence humaine, «face à notre consommation effrénée, au délire sportif, à la chirurgie plastique et à l'immortalité du numérique», selon Pro Helvetia.

Le pavillon a été inauguré vendredi en fin d'après-midi par le conseiller fédéral Alain Berset. Le chef du Département fédéral de l'intérieur (DFI) s'est entretenu avec le ministre autrichien de l'Art, de la Culture, de la Constitution et des Médias Josef Ostermayer lors d'une visite de l'installation.

Le Fribourgeois devait ouvrir samedi le «Salon suisse», un programme d'animations accompagnant la contribution suisse à la Biennale et centrée cette année sur le mouvement dada, né en 1916 à Zurich. (ats)

Ton opinion