Actualisé 24.11.2009 à 20:04

Etats-UnisLa banque centrale plus optimiste pour l'économie en 2010

La banque centrale américaine (Fed) s'est montrée mardi légèrement plus optimiste pour l'économie des Etats- Unis en 2010.

Elle a relevé sa fourchette de croissance et laissé entendre que le chômage pourrait commencer à baisser dès le mois de janvier, quoique très lentement.

Le PIB américain devrait croître de 2,5 à 3,5% en 2010, selon la fourchette centrale des prévisions des dirigeants de la Fed présentées lors de leur réunion de politique monétaire des 3 et 4 novembre, indiquent les minutes de cette rencontre.

C'est légèrement mieux que ce qu'ils prévoyaient en juin (une hausse du PIB comprise entre 2,1 et 3,3%), mais ils restent d'avis que la reprise apparue à l'été sera «progressive» et qu'elle se fera à un rythme «modéré» par comparaison avec les sorties de crise des récessions fortes du passé.

La croissance devrait se renforcer en 2011, année pour laquelle les dirigeants de la Fed estiment qu'elle atteindra 3,4 à 4,5% en glissement annuel au quatrième trimestre.

Baisse du chômage prévue

Les minutes de la Fed laissent entendre par ailleurs que le taux de chômage, qui atteignait 10,2% fin octobre, pourrait commencer à baisser dès le mois de janvier, alors que les dirigeants de la banque centrale pensaient jusque-là que le pic du chômage serait atteint vers le milieu de l'année.

Ils estiment cependant que la baisse devrait être très lente et prévoient que le taux de chômage restera élevé pendant un «certain temps». Selon les minutes, il pourrait atteindre encore 9,7% fin 2010, 8,6% fin 2011 et 7,5% fin 2012.

En ce qui concerne l'inflation, les membres du FOMC restent globalement d'avis que celle-ci devrait rester contenue pendant longtemps encore. Ils prévoient que la hausse de l'indice PCE des prix liés aux dépenses de consommation des ménages américains, qui leur sert de référence, devrait être comprise entre 1,3 et 1,6% en 2010 et 1,0 et 1,9% en 2011.

Par comparaison, ils jugent souhaitable une inflation comprise entre 1,7 et 2,0%.

Néanmoins, ils s'inquiètent des conséquences de la crise sur les capacités de l'économie américaine. La plupart estiment qu'il faudra «cinq ou six ans», voire plus selon certains, pour que l'économie récupère complètement de la grande récession de 2007-2009, indiquent les minutes.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!