Actualisé 17.01.2013 à 14:25

Exercice 2012

La Banque Migros a affiché des revenus record

La Banque Migros a vécu un exercice 2012 contrasté. Alors que l'établissement a affiché des revenus record, en hausse de 0,4% à 593 millions de francs, il a vu son bénéfice net fléchir de 1,7% au regard de 2011 à 171,7 millions.

2012 a représenté un bon exercice avec une croissance soutenue des avoirs de la clientèle ainsi que des crédits hypothécaires, a relevé jeudi à Zurich Harald Nedved, le patron de l'établissement du numéro un suisse du commerce de détail. Profitant d'un important afflux de dépôts d'épargne, les fonds des clients ont crû de 7,4% à 29,4 milliards de francs.

Depuis le début de la crise financière, la banque contrôlée par le géant orange a ainsi recueilli de nouveaux fonds pour un total de 7,6 milliards de francs. Côté actifs, les prêts hypothécaires ont augmenté l'an passé de 5,5% à 29,13 milliards, une croissance supérieure au marché, a noté M. Nedved. Et ce dernier d'ajouter que l'institut n'a pas changé sa politique en matière d'octroi de crédits.

Offre en ligne étoffée

Les crédits privés ont eux aussi poursuivi leur progression, bondissant de 8% à 1,11 milliard de francs. La hausse illustre notamment le succès des prêts en ligne. L'établissement entend d'ailleurs poursuivre son offensive sur Internet avec notamment des prêts hypothécaires en ligne dès mars prochain.

L'institut veut également étendre ses prestations en matière de banque en ligne, afin d'en rendre accessible un plus grand nombre aux utilisateurs de smartphones et tablettes. De ce fait, il prévoit de changer la procédure d'enregistrement avec l'abandon de la clef USB.

Les recettes issues des opérations d'intérêts se sont étoffées l'an passé de 2,6% à 478 millions de francs, malgré une vive concurrence et des taux demeurant à un très bas niveau. En revanche, conséquence de la retenue des investisseurs, les produits des commissions ont diminué de 2,9% à 74 millions et ceux des opérations de négoce ont chuté de 9,5% à 34 millions.

Côté coûts, les charges d'exploitation ont progressé de 6% à 106 millions de francs, reflétant notamment les investissements de l'établissement dans ses activités sur Internet. Les frais de personnel ont, eux, gagné 1,4% à 175 millions.

Correctifs de valeur en hausse

Le bénéfice brut est ressorti à 312 millions de francs, en repli de 2% au regard de 2011. Le résultat opérationnel s'est, lui, contracté plus fortement, soit de 8,4% à 247 millions. Le tassement illustre l'envol des amortissements et correctifs de valeur, lesquels sont passés de 11,6 à 27,9 millions de francs.

L'établissement a notamment constitué une provision de 4 millions de francs, en vue de rembourser de manière proactive des rétrocessions à quelque 2800 clients de son activité de gestion de fortune, après l'arrêt de principe prononcé l'automne passé par le Tribunal fédéral (TF) imposant aux banques de restituer les rétrocessions reçues de tiers.

Au cours du premier semestre de cette année, ces clients se verront verser, sans qu'ils le demandent, l'intégralité des indemnités de distribution des dix dernières années. A l'avenir, ces rétrocessions seront reversées annuellement, a ajouté M. Nedved.

La banque souhaitant étoffer ses réserves en ponctionnant son bénéfice afin de répondre au nouvelles prescriptions en matière de fonds propres de base, son actionnaire, la Fédération des Coopératives Migros devra se contenter d'un dividende moindre cette année. Une politique qu'elle poursuivra afin que ce type de capitaux propres, dont le taux se chiffre actuellement à 8%, atteigne les 12% requis.

Nouvelles filiales

Alors que la Banque Migros a fermé une filiale l'an passé à Bâle, elle prévoit cette année d'en ouvrir trois, à Lausanne, Yverdon-les-Bains (VD) et à Buchs (SG). Des ouvertures qui porteront le nombre des succursales à 66. A fin 2012, l'établissement employait 1375 salariés à plein temps, 20 de moins qu'un an auparavant. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!