Syrie: La base aérienne visée à nouveau opérationnelle

Actualisé

SyrieLa base aérienne visée à nouveau opérationnelle

Des avions ont pu décoller de Shayrat, a indiqué le gouverneur de la province de Homs.

1 / 150
Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

Malgré la trêve humanitaire, les violences entre l'armée syrienne et les insurgés ont repris dans la Ghouta orientale. (Mercredi 28 février 2018)

AFP
Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Les Etats-Unis ont commencé à livrer des armes aux combattants kurdes contre l'EI dans le nord de la Syrie, au grand dam d'Ankara. (Mardi 30 mai 2017)

Keystone
Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Des frappes de la coalition ont visé des immeubles d'habitation à Mayadine, dans l'est de la Syrie, faisant 35 civils morts. (Jeudi 25 mai 2017)

Keystone

La base aérienne syrienne de Shayrat, visée vendredi par 59 missiles américains Tomahawk, est de nouveau opérationnelle, a confirmé samedi le gouverneur de la province de Homs. Des avions ont pu en décoller, a-t-il ajouté sans préciser quand.

Les Etats-Unis ont bombardé dans la nuit de jeudi à vendredi le site à partir duquel a été lancée, selon eux, une attaque chimique qui a fait quelque 90 morts, dont une trentaine d'enfants, dans le village de Khan Cheikhoune, dans la province d'Idlib. L'armée syrienne avait affirmé vendredi que la base de Shayrat avait été sérieusement endommagée par les missiles, mais l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des rebelles, avait indiqué peu après que des avions en décollaient de nouveau.

«Nous estimons que l'objectif a été atteint»

Interrogée à ce sujet, l'amirale Michelle Howard, qui dirige les forces navales américaines en Europe et en Afrique, a déclaré samedi à Reuters que le bombardement visait à détruire la capacité de l'aviation syrienne à lancer des attaques chimiques à partir de cette base. «Nous estimons que l'objectif a été atteint», a-t-elle dit.

Le président Donald Trump a précisé sur son compte Twitter que la piste de l'aéroport n'était pas la cible du bombardement, car «les pistes sont faciles et peu coûteuses à réparer».

Un responsable étranger de l'alliance militaire qui soutient le président syrien Bachar el-Assad a déclaré pour sa part que la base avait été en grande partie évacuée grâce à une mise en garde de la Russie, que Washington avait prévenue à l'avance. Il a ajouté que les seuls avions détruits par les frappes américaines étaient hors d'usage.

Dans la même province d'Idlib, des raids aériens ont fait samedi au moins 18 morts, dont cinq enfants, dans une ville contrôlée par les rebelles, ont rapporté samedi l'OSDH et la défense civile syrienne. Le bilan devrait s'alourdir, précise l'OSDH. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion