Berne - La bataille contre les cigarettiers est lancée pour 2022
Publié

BerneLa bataille contre les cigarettiers est lancée pour 2022

Les deux Chambres ont vidé la réforme de la loi sur les produits du tabac. Le comité de l’initiative, qui veut protéger les jeunes, se lance en campagne.

par
Eric Felley
Une étude publiée en 2020 par l’Hôpital pédiatrique de Zurich montre que 36% des enfants âgés de 13 à 17 ans consomment occasionnellement ou régulièrement des produits du tabac.

Une étude publiée en 2020 par l’Hôpital pédiatrique de Zurich montre que 36% des enfants âgés de 13 à 17 ans consomment occasionnellement ou régulièrement des produits du tabac.

DR

Lundi, le Conseil des États a accepté par 25 voix contre 17 de limiter l’interdiction de la publicité uniquement aux journaux et sites destinés aux moins de 18 ans. En première lecture, il avait souhaité étendre l’interdiction à tous les journaux et sites auxquels les jeunes peuvent accéder. Cette marche arrière fait suite à d’autres qui ont vidé cette réforme de la loi sur les produits du tabac en route depuis cinq ans.

Ni goudron, ni nicotine, ni monoxyde

Le Conseil des États était déjà revenu sur sa décision d’interdire le parrainage d’événements ayant un caractère international ou s’adressant à des mineurs. Il a accepté une proposition d’Olivier Français (PLR/VD), par 23 à 21, pour limiter les indications sur les paquets de cigarettes, en supprimant les indications de goudron, nicotine et monoxyde de carbone. Les cigarettiers pourront également promouvoir les cigarettes électroniques. Enfin, les fabricants ne seront plus tenus d’être transparents sur les montants qu’ils consacrent à la publicité, au sponsoring et au parrainage.

Trop, c’est trop

Bref, trop, c’est beaucoup trop pour le comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac», emmené notamment par le conseiller aux États Hans Stöckli (PS/BE). «Une majorité du Conseil des États a enterré ce jour tout espoir de protéger la jeunesse à travers la loi sur les produits du tabac, regrettent les initiants dans un communiqué. Une solution parlementaire étant désormais impossible, le comité d’initiative concentre à présent ses efforts sur la campagne en vue de la votation sur l’initiative populaire au premier semestre 2022».

Même s’il ne l’était pas formellement, cette réforme de la loi sur les produits du tabac avait valeur de contre-projet indirect à l’initiative déposée en 2019. Malgré des tentatives de compromis dans les commissions des deux chambres, la pression des cigarettiers sur les élus bourgeois de l’UDC, du PLR et du Centre a été bien plus efficace que les arguments sanitaires visant à préserver les jeunes.

Tant de jeunes qui fument régulièrement

Le comité part donc en campagne avec la certitude d’avoir de bons arguments pour gagner contre les cigarettiers: «Une protection de la jeunesse efficace est plus nécessaire que jamais, note son communiqué. Une étude publiée en 2020 par l’Hôpital pédiatrique de Zurich montre que 36% des enfants âgés de 13 à 17 ans consomment occasionnellement ou régulièrement des produits du tabac. Dans la catégorie des 16-17 ans, 60% des garçons et 70% des filles consomment régulièrement ou occasionnellement des cigarettes traditionnelles, des cigarettes électroniques ou la chicha.» Et ces jeunes deviendront des adultes. Environ 9500 personnes décèdent chaque année en Suisse des suites de la consommation du tabac.

Ton opinion

21 commentaires