Coronavirus - La Belgique assouplit ses restrictions et réfléchit à l’obligation vaccinale des soignants
Publié

CoronavirusLa Belgique assouplit ses restrictions et réfléchit à l’obligation vaccinale des soignants

Lâcher la bride pour les restaurants tout en envisageant d’étendre la vaccination au personnel soignant: la lutte contre le Covid bouge en Belgique.

L’encadrement des horaires des bars-restaurants, qui doivent actuellement fermer à 1h du matin, disparaîtra.

L’encadrement des horaires des bars-restaurants, qui doivent actuellement fermer à 1h du matin, disparaîtra.

AFP

La Belgique a annoncé, vendredi, un assouplissement au 1er septembre d’une partie des restrictions destinées à endiguer la pandémie de Covid-19. Plus précisément, celles encadrant les restaurants, les fêtes privées et manifestations culturelles seront supprimées, a annoncé le comité de concertation, qui regroupe le gouvernement fédéral et les entités fédérées.

Ainsi, l’encadrement des horaires des bars-restaurants, qui doivent actuellement fermer à 1h du matin, disparaîtra, tout comme les restrictions pour les événements réunissant moins de 200 spectateurs à l’intérieur et moins de 400 en extérieur. Le port du masque dans les espaces publics sera assoupli et l’usage du «pass sanitaire» pourra être étendu.

Bruxelles pas concernée

Beaucoup de ces assouplissements ne concernent cependant pas la région de Bruxelles, où une grande partie des restrictions actuelles seront maintenues, en raison d’une couverture vaccinale jugée insuffisante.

Par ailleurs, ce comité de concertation, qui se réunissait vendredi, a «demandé à explorer sous quelles modalités la vaccination obligatoire pourrait être implémentée pour tous les prestataires de soins». Il a notamment réclamé la publication «sans délai» des taux de vaccination des soignants par établissement de soins.

Hostilité en France

La mesure a déjà été adoptée en France, où les personnels des hôpitaux, cliniques et maisons de retraite ont jusqu’au 15 septembre pour se faire vacciner contre le Covid-19 - une obligation accueillie avec hostilité par une partie des professionnels concernés.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires