Actualisé 18.06.2018 à 20:28

FootballLa Belgique finit par faire plier le Panama

Embêtés pendant une mi-temps, les Diables Rouges ont forcé la décision en seconde période pour s'imposer 3-0.

La Belgique a failli rejoindre les grosses cylindrées connaissant un début de Mondial poussif. Les Diables Rouges ont assuré l'essentiel dans le groupe G avec une victoire 3-0 contre le Panama.

Le contraste était saisissant entre cette équipe panaméenne et celle qui avait été laminée fin mars par la Suisse (6-0) en flirtant avec le ridicule. Etait-ce que les Canaleros avaient tout simplement connu un jour sans à Lucerne? Ou alors la sélection de Hernan Gomez a-t-elle senti ses forces se décupler dans le fastueux décor du Mondial, plus propice au dépassement de soi qu'un match amical? La Suisse avait-elle livré une performance immense pour autant dominer son adversaire ou alors les Belges ont-ils été en dessous de leurs standards lundi à Sotchi?

Un peu de tout cela, probablement. Le Panama, bourré de défauts et de lacunes, néophyte en Coupe du monde, a incontestablement eu ce surcroît d'âme qui naît dans les grands rendez-vous, en particulier ceux avec l'histoire. Les Diables rouges, eux, se sont longtemps montrés incapables de mettre de la vitesse dans leur jeu et ont tardé à marquer, contrairement à la Suisse en mars, qui avait excellé en se rendant la tâche plus facile.

L'ouverture du score à la 47e, fruit d'une initiative personnelle de Mertens pleine d'audace et de maîtrise, a forcé les Panaméens à mettre un premier genou à terre. Le 2-0 de la 69e, oeuvre du trio-star de la Belgique Hazard (à l'origine) - de Bruyne (au centre très astucieux) - Lukaku (tête plongeante dans une position peut-être illicite) a achevé la Marea Roja. Laquelle a encore plié, à la 75e, devant un Lukaku lancé une fois de plus par Hazard.

La tête plongeante de Lukaku

18.06.2018 Mondial 2018. Belgique - Panama. Groupe G. (2-0)

Deuxième réussite de Lukaku à la 75e

18.06.2018 Mondial 2018. Belgique - Panama. Groupe G. (3-0)

Les Belges, peu séduisants malgré tout, ont eu le mérite de garder la tête froide et d'attendre le point de rupture physique d'un Panama qui a surjoué dès le coup d'envoi. Mais un Panama qui aurait pu, aussi, égaliser à la 55e si Courtois ne s'était pas bien interposé devant Murillo.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!