Actualisé

Surpopulation carcéraleLa Belgique louera des cellules aux Pays-Bas

La Belgique, confrontée à un important problème de surpopulation carcérale, a signé samedi avec les Pays-Bas un traité lui permettant de louer des cellules dans la prison néerlandaise de Tilburg (sud), a-t-on appris de source officielle.

«Les Pays-Bas mettent la prison et son personnel à la disposition (de la Belgique) pour le placement d'au moins 500 détenus pendant une période de trois ans», a indiqué le ministère néerlandais de la Justice dans un communiqué.

Ce «traité unique en Europe», selon la même source, «permet de pallier temporairement le manque de cellules en Belgique», qui paiera 30 millions d'euros par an pour le placement de 500 détenus.

La Belgique, dont les prisons abritent 10.400 personnes, soit 2.000 de plus que leur capacité, ne pourra envoyer à Tilburg des détenus présentant «un risque d'évasion ou un risque pour la société», a précisé le ministère.

Le traité, signé samedi à Tilburg par le ministre belge de la justice Stefaan De Clerck et la secrétaire d'Etat à la Justice néerlandaise Nebahat Albayrak, doit encore être approuvé par les parlements belge et néerlandais.

Valable pour une durée de trois ans, il pourra être raccourci ou prolongé d'un an en fonction des besoins de deux pays, selon le communiqué.

«Les deux ministres essaieront de faire en sorte que la prison de Tilburg puisse être utilisée le plus rapidement possible par la Belgique», a-t-on précisé de même source.

Les Pays-Bas, qui ont connu une importante surpopulation carcérale dans les années 1990, possèdent environ 2.000 cellules pénitentiaires vides sur leur territoire, sur un total de 14.000. Ce surplus s'explique par une baisse de la criminalité, selon le ministère néerlandais de la Justice.

La location d'une partie de la capacité carcérale néerlandaise permet de reporter à 2012 la fermeture programmée de cinq prisons aux Pays-Bas, a par ailleurs indiqué le ministère de la Justice.

Mme Albayrak avait annoncé en mai son intention de fermer plusieurs prisons et ailes de prisons et de supprimer 1.200 emplois sur 10.600 dans le secteur, afin de réaliser une économie de 164 millions d'euros par an. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!