Actualisé 20.02.2018 à 09:07

Lancy (GE)La «belle histoire» d'un projet de logements

D'abord en conflit, habitants, autorités et promoteurs se sont concertés pour finalement changer les plans d'un futur quartier de Lancy.

von
David Ramseyer
Image de synthèse du futur quartier des Semailles, au sud de la commune de Lancy (GE).

Image de synthèse du futur quartier des Semailles, au sud de la commune de Lancy (GE).

Archigraphie Philippe Cointault

«L'aménagement du territoire s'effectue souvent dans la douleur. Mais parfois, il y a de belles histoires». Conseiller d'Etat chargé du logement, Antonio Hodgers avait le sourire, ce lundi face aux médias. A ses côtés, des représentants d'associations d'habitants et de propriétaires fonciers, des promoteurs et les autorités lancéennes affichaient un même air réjoui devant la perspective d'un nouveau complexe d'environ 140 logements «fait avec et par les habitants».

Alors qu'une première ébauche par l'Etat du plan localisé de quartier des Semailles à Lancy avait suscité une levée de boucliers en 2103, les acteurs du dossier sont tombés d'accord sur un nouvel avant-projet. En lieu et place de l'habituelle pluie d'oppositions qui douche souvent de tels projets immobiliers, le dialogue et la concertation ont cette fois primé. Les plans initiaux ont été changés, à la satisfaction de tous, clament les partenaires.

Barres d'immeubles critiquées

«Nous ne voulions pas de l'alignement de barres d'immeubles prévu initialement, image Sandrine Meyer-Chanson, présidente de l'association d'habitants «Les Passereaux». Nous souhaitions aussi davantage d'espaces verts.» L'avant-projet compte toujours des immeubles mais leur disposition a été repensée, et un véritable coeur de verdure bat désormais au centre du périmètre. «Il fallait un vrai lieu de rencontre et de vie pour le quartier», appuie Damien Bonfanti, maire de Lancy.

L'Etat avait posé ses conditions pour revoir ses plans: la densité devait notamment rester au moins équivalente au projet initial. C'est chose faite. Elle est même renforcée puisque grâce à de nouveaux gabarits et un étage ajouté à certains immeubles - «il y a de la marge en hauteur», dixit le Canton - le nombre d'appartements devrait passer d'environ 110 à 140, sur quatre à cinq étages. Les logements seront de tout type pour garantir la mixité sociale des futurs résidents. Autre condition à cette démarche concertée: les partenaires promettent de ne pas s'opposer aux nouveaux plans.

Le lancement de l'étude technique du projet est prévu ce printemps. Pour l'heure, le détail et les coûts du complexe ne sont pas encore arrêtés. Selon le Canton, les premiers habitants du futur quartier pourraient emménager à l'horizon 2023.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!