Publié

SuisseLa BNS a acheté pour 11 milliards de devises au troisième trimestre

Afin de contenir l’appréciation du franc, la Banque nationale suisse a poursuivi ses interventions sur le marché des changes de juillet à septembre, faisant de 2020 une année record en terme de volume d’achats.

Les interventions de la BNS sur le marché des changes pendant les neuf premiers mois de l’année n’ont jamais été aussi élevées qu’en 2020.

Les interventions de la BNS sur le marché des changes pendant les neuf premiers mois de l’année n’ont jamais été aussi élevées qu’en 2020.

KEYSTONE

La Banque nationale suisse (BNS) a poursuivi ses interventions sur le marché des changes au troisième trimestre en vue de contenir l’appréciation du franc. De juillet à septembre, l’institut d’émission a acheté pour 11,0 milliards de francs en devises, selon les statistiques de l’institut publiées jeudi.

Le volume des achats de la BNS a nettement perdu en intensité au troisième trimestre par comparaison avec le premier semestre 2020 au cours duquel la banque centrale avait mis la main sur un total de 90 milliards de francs à cet effet: 38,5 milliards au premier trimestre et 51,5 milliards au deuxième trimestre.

Nouvelle «année record»

Sur neuf mois, les chiffres montrent que les interventions de la BNS n’ont jamais été aussi élevées que cette année. Au cours de la précédente «année record», en 2015, la BNS avait acheté des devises pour 86,1 milliards de francs. Même après l’abandon du taux plancher avec l’euro il y a près de six ans, les interventions sur le marché des changes restent l’un des principaux instruments dont dispose la BNS pour empêcher un renfort indésirable de la monnaie helvétique.

Depuis le déclenchement de la pandémie, la banque centrale a souligné qu’elle interviendrait également «de plus en plus» sur le marché des changes si nécessaire. Le franc s’est toujours «très apprécié», a souligné vers mi-décembre le président de la BNS, Thomas Jordan, lors de la dernière évaluation de la situation.

Critiques américaines

Les interventions de la BNS sur le marché des changes ont également suscité de vives critiques de la part des États-Unis. Le 17 décembre ces derniers ont accusé la Suisse, aux côtés notamment du Vietnam, de manipuler sa monnaie pour en tirer un avantage commercial indu, selon un rapport semi-annuel publié par le département américain du Trésor. La BNS avait vivement réagi à ces affirmations, martelant qu’«en aucun cas, la Suisse n’effectue de manipulations monétaires».

Depuis 2020, la BNS publie à la fin de chaque trimestre le volume des opérations de change du partiel précédent. Auparavant, ce n’est qu’au printemps que l’on prenait connaissance des interventions de l’année précédente.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!