Actualisé 04.03.2010 à 13:35

Banque nationale suisseLa BNS a réduit les actifs toxiques de l'UBS

La Banque nationale suisse (BNS) bouclé l'exercice 2009 sur un confortable bénéfice, grâce avant tout à la hausse des cours de l'or. Un an et demi après avoir volé au secours de l'UBS, elle a aussi réduit les actifs illiquides du fonds de stabilisation.

Le StabFund, qui accueille les actifs toxiques de l'UBS (titres, crédits, biens immobiliers), a ainsi diminué ses engagements de plus de 11 milliards de dollars. Le risque total pour la BNS s'élevait encore à 24,1 milliards de dollars à fin décembre 2009, a dévoilé la banque centrale jeudi.

Pour rappel, le fonds de défaisance était chargé de 38,7 milliards de dollars d'actifs illiquides au moment de sa création à l'automne 2008, dont 34,7 milliards couverts par la BNS et 3,9 milliards par les fonds propres de l'UBS, qui devait garantir 10% de ce portefeuille toxique.

Gros correctifs de valeur

La BNS, qui assume les risques et la gestion de ce fonds, a encore dû procéder à de gros correctifs de valeur sur ces actifs illiquides: 5,64 milliards de dollars en 2009, contre 966 millions en 2008. A partir de la seconde moitié de l'année, les placements du fonds ont profité de conditions plus favorables sur les marchés, a noté Thomas Jordan, vice-président de la BNS devant les médias à Berne.

Au final, le StabFund termine l'exercice sur une perte de 2,62 milliards de dollars, contre -1,69 milliard en 2008. La perte est toutefois couverte par une option d'achat de la BNS sur 100 millions d'actions UBS, évaluée à 1,21 milliard de francs à fin 2009.

La BNS n'a jusque-là entamé cette seconde garantie qu'à hauteur de 480 millions de francs (la première étant les 3,9 milliards de dollars de capital de l'UBS et qui entre-temps a été utilisée). Cela laisse donc une marge si jamais la situation sur les marchés venait à se détériorer, a indiqué Thomas Jordan.

Plus-value sur l'or

Comme annoncé en janvier, la BNS clôture l'exercice 2009 sur un bénéfice de près de 10 milliards de francs. Ce bon résultat est essentiellement lié à une confortable plus-value de 7,32 milliards de francs sur le stock d'or de la BNS. L'institut, qui dispose de 1040 tonnes d'or dans ses coffres, n'a pas l'intention de diminuer ce stock, a précisé Thomas Jordan.

Les placements en devises ont par ailleurs pratiquement doublé, conséquence de l'intervention de la BNS sur le marché des devises pour éviter une trop forte appréciation du franc. La BNS ne livre toutefois jamais de détail sur ses interventions.

Les positions en monnaies étrangères ont ainsi contribué à hauteur de 2,57 milliards de francs au résultat de la BNS. Les variations de cours de change ont certes obéré les comptes (-1,80 milliards), mais moins fortement qu'en 2008 (-4,66 milliards).

Après allocation de 3 milliards de francs aux provisions pour réserves monétaires, le bénéfice distribuable atteint 6,9 milliards. Sur cette somme, la BNS distribuera comme convenu 2,5 milliards aux cantons (deux tiers) et à la Confédération (un tiers) ainsi qu'un dividende annuel de 1,5 milliard de francs. Le reste est attribué à la réserve pour distributions futures. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!